Charles Baudelaire : Les Fleurs du Mal : L'Invitation au Voyage (Sections S - ES)

  • Vous allez pouvoir accéder au commentaire du poème "L'Invitation au Voyage" tiré du recueil "Les Fleurs du Mal" de "Charles Baudelaire".
  • Ce fichier contient un commentaire composé détaillé avec DEUX parties principales, une introduction et une conclusion.
  • PASSAGE : Poème en entier.
Extrait du commentaire :

Nous allons étudier le poème de Baudelaire intitulé « L'Invitation au Voyage » tiré du recueil « Les Fleurs du Mal ». Cette poésie fait partie de la 6ème section, elle incarne l'idéal et est l'opposé des forces maléfiques du spleen. Nous mettrons en avant l'oxymore du titre, « Les Fleurs du Mal ». Ce recueil parut en 1857, l'oeuvre fait scandale et est condamnée pour immoralité. Baudelaire avec son ouvrage, ouvre la voix à la poésie moderne. Il se compose de six sections dont la première est la  plus longue, « spleen et idéal », titre antithétique qui reflète la tension de l'artiste partagé entre deux pôles, le spleen lié à sa condition terrestre et l'aspiration à l'idéal et à la beauté. « L'Invitation au Voyage » s'inscrit dans la quête de l'idéal puisque le poème se présente comme un remède au spleen. Il est dédié à Marie Daubrun, inspiratrice et amante du poète entre 1854 et 1863. Il  éprouve pour cette femme un amour spirituel et charnel. Cet amour sera paisible, équilibré, l'amour idéal, la relation parfaite. Jeanne Duval lui inspirait au contraire un amour physique et Mme de Sabatier un amour spiritualisé. Dans un premier temps, nous étudierons l'invitation au voyage, puis, en dernier lieu, l'invitation à l'amour...

Poème étudié :

Mon enfant, ma soeur,
Songe à la douceur
D'aller là-bas vivre ensemble !
Aimer à loisir,
Aimer et mourir
Au pays qui te ressemble !
Les soleils mouillés
De ces ciels brouillés
Pour mon esprit ont les charmes
Si mystérieux
De tes traîtres yeux,
Brillant à travers leurs larmes.

Là, tout n'est qu'ordre et beauté,
Luxe, calme et volupté.

Polis par les ans,
Décoreraient notre chambre ;
Les plus rares fleurs
Mêlant leurs odeurs
Aux vagues senteurs de l'ambre,
Les riches plafonds,
Les miroirs profonds,
La splendeur orientale,
Tout y parlerait
À l'âme en secret
Sa douce langue natale.

Là, tout n'est qu'ordre et beauté,
Luxe, calme et volupté.

Dormir ces vaisseaux
Dont l'humeur est vagabonde ;
C'est pour assouvir
Ton moindre désir
Qu'ils viennent du bout du monde.
- Les soleils couchants
Revêtent les champs,
Les canaux, la ville entière,
D'hyacinthe et d'or ;
Le monde s'endort
Dans une chaude lumière.

Là, tout n'est qu'ordre et beauté,
Luxe, calme et volupté.