bac francais  
biographie leconte de lisle
biographie leconte de lisle ACCUEIL biographie leconte de lisle LIENS UTILES biographie leconte de lisle VOTRE COMPTE biographie leconte de lisle NOUS CONTACTER  
biographie leconte de lisle
biographie leconte de lisle
 
Menu Principal
· Accueil
· Liens utiles
· Nous Contacter
· Plan du site

 
Ressources
· Autres commentaires
· Biographies
· Dissertations de philo
· Fiches de lecture
· Textes

 
Méthodologie
· La dissertation
· Le commentaire composé

 
Bac de français
· Annales du BAC
· Conseils pour l'écrit
· Conseils pour l'oral
· Dates du BAC 2009
· Résultats du BAC

biographie leconte de lisle

Biographie de Leconte de Lisle (Charles Marie René)

Leconte de Lisle (Charles Marie René)
(1818-1894)

Poète français.

Leconte de Lisle est né à Saint-Paul, sur l'île de la Réunion, fils d'un chirurgien militaire breton. Elevé sur l'île et en métropole, il partit étudier le droit à Rennes en 1837, mais abandonna très vite cette voie, n'ayant aucun intérêt pour la chose juridique. Sa famille le rappela alors à la Réunion, où il est obligé de rester de 1843 à 1846, année lors de laquelle il retourna en France pour travailler à La démocratie pacifique, quotidien qui était favorable aux idées de l'utopie sociale de Charles Fourier. Il commença à composer des poèmes à cette période, puisant dans la mythologie grecque des symboles pour ses idées révolutionnaires. Il rédigea également des articles politiques et essaya de s'engager dans la révolution de février 1848. Il se convainquit toutefois très vite que le rôle d'un poète n'était pas dans l'action politique.

Il publia « Poèmes antiques » en 1852, dans lequel il reprit des thèmes mythologiques grecs et orientaux. L'ouvrage en lui-même attira peu l'attention, moins en tout cas que son violent préface (qui sera retiré des futures rééditions)  qui revint sur deux millénaires de poésies occidentales et affirmait péremptoirement que tous les poètes depuis Sophocle, préoccupés par l'expression de leur propres jugements, passions ou interrogations, avaient poursuivi des faux idéaux.

L'année 1855 vit la publication de « Poèmes et poésies », tandis qu'en 1859, La revue de Paris publia « La Passion », une séquence poétique qui était censée former la légende du chemin de croix d'un de ses amis. La beauté austère du poème représente un effort conscient de sa part pour intégrer la ferveur catholique dans l'oeuvre, alors même qu'il était notoirement anticlérical.

C'est avec « Poèmes barbares » (1862) que Leconte de Lisle présenta ses plus beaux vers. Le titre se référait à la qualité de barbare, dans le sens de non grec. Les plus beaux poèmes de ce recueil se rapportent à la désillusion du poète lui-même et à sa vision solitaire de la vie (l'ecclésiaste, les hurleurs, fiat nox, le vent froid de la nuit). On y retrouve également des passages remarquables sur les paysages exotiques (la vérandah, le paysage polaire), peuplés d'animaux sauvages (les éléphants, le sommeil du condor, les jungles, le jaguar). La représentation de terres éloignées ou de périodes lointaines se retrouve souvent parmi ces poèmes contrastant avec la condition humaine bercée d'illusions de changement.
« Poèmes barbares » ne passa pas inaperçu. Un groupe de jeunes auteurs, pour lequel la virtuosité doit primer sur l'émotion, et qui enviait la sérénité de la science et son mépris de l'individualisme attendit de Leconte de Lisle qu'il donnât une nouvelle direction à la poésie française. Le recueil intitulé « Le parnasse contemporain » démontra alors la vitalité de ce groupe, qui fut composé de membres aussi indépendants que Théophile Gautier ou Baudelaire, de romantiques comme Deschamps et de néo-romantiques comme Banville, et positionna Leconte de Lisle comme chef de file de cette nouvelle école, Les Parnassiens.

Vers la fin du second Empire, Leconte de Lisle devint l'un des porte-flambeaux de la tradition intellectuelle française, en même temps que Flaubert et Renan, et devint en l'absence d'Hugo l'un des poètes les plus illustres de son temps. Républicain zélé, Leconte de Lisle composa un « Catéchisme populaire républicain » (1871) qui fit scandale à l'Assemblée nationale. Chroniquement sans le sou, la République lui octroya une petite pension en 1870 et un poste de sous-bibliothécaire au Sénat en 1872. Il continua dans son art, et après avoir dans la décennie précédente publié des traductions en proses des plus grand poètes grecs et latins, il écrivit dans celle qui suivit deux pièces dramatiques lyriques : « Les Erynnies » (1873), qui sera mise en scène avec la musique de Massenet et sera chaleureusement reçue par le public et les critiques, et « L'Apollonide » (1888) ; et un recueil de poèmes, « Poèmes tragiques » (1884) qui ne cède rien en qualité par rapport à ses devancières « Poèmes antiques » et « Poèmes barbares ». Il sera élu à l'Académie française en 1887 au fauteuil de Victor Hugo. Il s'éteignit en juillet 1894 à Voisins, près de Louveciennes.

 



Retour à l'accueil des biographies


biographie ernaux
 

Bacfrancais.com® Copyright - Tous
droits réservés. Toute reproduction complète ou partielle est formellement interdite. Les commentaires de texte, les fiches, les biographies sont la propriété de bacfrancais.com®