bac francais  
conseils oral bac
  Créer un compte conseils oral bac ACCUEIL conseils oral bac PARTENAIRES conseils oral bac VOTRE COMPTE conseils oral bac NOUS CONTACTER  
conseils oral bac
conseils oral bac
 
Connexion

Pseudo

Mot de Passe

Perdu votre Mot de Passe ?

Pas encore de compte ?
Inscrivez-vous !

 
Menu Principal
· Accueil
· Partenaires
· Votre Compte
· Nous Contacter
· Plan du site
· Webmasters

 
Ressources
· Autres commentaires
· Biographies
· Dissertations de philo
· Fiches de lecture
· Textes

 
Méthodologie
· La dissertation
· Le commentaire composé

 
Bac de français
· Annales du BAC
· Conseils pour l'écrit
· Conseils pour l'oral
· Dates du BAC 2009
· Résultats du BAC

 
Partenaires
. Annuaire santé
. Horaires d'ouverture
. Lettre de motivation
. Oodoc
. Rapport de stage

conseils oral bac

Conseils pour l'oral du bac de français

I. SE PRÉPARER A L'ÉPREUVE

Pendant l'année scolaire :

Les meilleurs élèves sont souvent de grands lecteurs. Rien ne vous préparera mieux à cette épreuve qu'une lecture passionnée et régulière qui ne se limite pas aux oeuvres du programme.

- C'est le moment où jamais d'intégrer le Club de lecture de votre bibliothèque municipale. Vous établirez des fiches de lecture synthétiques, qui serviront de support à vos présentations. Vous y apprendrez à défendre un livre que vous avez aimé, à en vilipender un autre, dans une ambiance décontractée. Prendre la parole et lire en public deviendra vite une habitude agréable.

- Tout au long de l'année, mettez à jour un lexique des termes littéraires. Il sera d'une grande utilité au moment des révisions.

- Relisez régulièrement vos cours.

Pendant la période de révision :

- Comprenez ce qu'on attend de vous en relisant attentivement les instructions officielles.

- Relisez en diagonale les oeuvres complètes, en vous attardant sur les passages les plus significatifs.

- Exercez-vous à la lecture à voix haute. Lisez en particulier des poèmes en respectant la versification. Apprenez à entendre, et à reproduire, la mélodie intérieure et le rythme des sons d'un poème.

- Organisez des oraux d'entraînement avec vos camarades lycéens les plus sérieux. N'hésitez pas à vous corriger mutuellement.

- Révisez vos fiches et vos cours. Assurez-vous que vous avez intégré les notions élémentaires en reprenant vos fiches de méthodologie : les figures de style, les genres et types de texte, les registres, les tonalités, etc.

- Préparez une « boîte à outils » littéraire en réalisant des fiches de révision thématiques : les mouvements littéraires, leurs auteurs, les périodes-clés...

- Préparez vos oeuvres complètes : servez-vous de Post-it pour marquer les pages contenant les extraits étudiés en cours. Vous apprécierez, le jour de l'épreuve, de pouvoir les retrouver rapidement grâce à ce procédé. Faites ensuite des photocopies de ces extraits sur lesquelles il sera plus facile de travailler.

Juste avant le jour « J » :

- Passez une bonne nuit de sommeil pour être dans votre meilleure forme physique et mentale. Couchez-vous tôt les trois nuits précédant l'épreuve. Multipliez les réveils si vous êtes un habitué des pannes d'oreiller !

- Les produits dopants ou relaxants sont à proscrire. L'infusion de camomille devrait suffire à vous assurer une nuit calme.

- Une activité sportive modérée, au contraire, n'aura que des effets bénéfiques sur la gestion du stress et vous permettra de décompresser dans la dernière ligne droite.

- Effectuez un ou plusieurs trajets de reconnaissance si vous n'êtes pas familier du lieu d'examen. Et chronométrez la durée du parcours !

II. ORGANISATION MATÉRIELLE

Établissez une liste et préparez tout le nécessaire la veille de l'épreuve d'oral pour éviter le stress de dernière minute.

Obligatoire : pièce d'identité, convocation, liste de textes en deux exemplaires, oeuvres complètes et textes étudiés pendant l'année en double exemplaire de la même édition.

Pour limiter les frais, entendez-vous avec un lycéen convoqué un autre jour, à condition qu'il possède la même édition que vous. La correspondance parfaite entre les numéros de page des deux exemplaires est indispensable à une bonne communication avec le jury.

Attention : à votre arrivée dans la salle d'examen, les textes doivent être vierges de toute annotation. Si l'un des deux exemplaires est annoté, réservez-le à l'examinateur, et prenez le texte vierge.

Pratique : les photocopies des extraits étudiés dans les oeuvres complètes.

Incontournable : plusieurs stylos, deux surligneurs, un effaceur ou correcteur, un crayon à papier avec sa gomme et son taille-crayon, des marque-pages pour les oeuvres complètes.

Bénéfique : quelques en-cas énergisants et une boisson (l'attente est parfois longue !).

Malin : des magazines, des grilles de Sudoku et votre lecteur MP3, pour tromper l'attente... et le stress !

Indispensable : une montre... sans elle, comment respecterez-vous le timing de l'épreuve ?

Le brouillon est fourni.

De l'éloge de la ponctualité...

Prévoyez une marge conséquente pour être certain d'arriver à temps. Même si vous êtes à l'heure, arriver stressé par un timing trop serré ne pourra qu'être préjudiciable à la concentration. L'ordre de passage des candidats sera affiché à l'entrée de la salle. Prenez donc vos dispositions pour ne pas être forcé d'aller aux toilettes au plus mauvais moment. Et ne vous éloignez pas quand l'heure approche !

III. PRÉSENTATION ET ATTITUDE GÉNÉRALE

- Pour ce jour-là, faites un effort de présentation en soignant votre tenue vestimentaire. Mesdemoiselles, si vous aimez vraiment les strings apparents, le maquillage outrancier et les décolletés plongeants, réservez-les à vos sorties entre amis. Les baggys descendants des jeunes hommes, les jeans déchirés, piercings de sourcil ou de lèvre et crêtes fushia ne seront pas plus appréciés. Sans revêtir un habit de noces, restez sobre, classique et propre, aussi bien dans le choix de votre tenue que celui de votre coiffure.

- Mâcher un chewing-gum à l'oral vous coûtera sans aucun doute quelques points.

- Saluez poliment l'examinateur en entrant.

- Malgré le stress, efforcez-vous de rester souriant et d'adopter une attitude positive, ouverte et motivée, sans aller dans la démesure. Le jury vous en sera reconnaissant. Les facteurs de sympathie et de chance, s'ils ne sont pas quantifiables, n'en existent pas moins que dans d'autres situations.

- Restez poli quelle que soit l'attitude de l'examinateur.

- Inutile d'essayer de tricher à l'oral. Ne prenez pas de risques inutiles, laissez vos fiches de révision et notes de cours dans votre sac et déposez-le à l'entrée de la salle d'examen.

IV. LE DÉROULEMENT DE L'ÉPREUVE

Le choix du sujet par l'examinateur :

- Après avoir salué l'examinateur, présentez-lui les documents prescrits et votre liste de textes. C'est là que le facteur « Chance » intervient : croisez les doigts au moment du choix du texte !

- Inutile de manifester votre désapprobation éventuelle. L'examinateur ne reviendra pas pour autant sur son choix mais aura d'entrée une mauvaise opinion de vous. Rappelez-vous qu'il a toute latitude pour vous imposer un texte hors-liste, même si cela se produit rarement.

Forcez un peu le destin en suggérant intelligemment le choix du texte : des passages délimités clairement sur l'exemplaire fourni à l'examinateur peuvent inciter celui-ci à les sélectionner... ou pas ! Mais qui ne tente rien...

- Alea jacta est ! Le choix est fait. Quel qu'il soit, ne vous déconcentrez pas, écoutez attentivement les consignes, et notez soigneusement le sujet indiqué.

La préparation :

Durée : 30 minutes.

Si vous avez des problèmes de concentration, le port de boules Quies pourrait s'avérer fort utile lors de la préparation car il n'est pas rare qu'un autre candidat passe l'oral pendant que vous planchez.

- Commencez par une lecture attentive.

- Félicitez-vous d'avoir fait des photocopies, sur lesquelles vous surlignerez les passages significatifs que vous prévoyez de citer.

- Construisez un plan détaillé et rédigez uniquement l'introduction et la conclusion. L'étude méthodique est à privilégier par rapport à l'explication linéaire.

- On ne saurait trop insister sur l'importance de l'introduction qui doit être suffisamment longue. Vous y présentez et situez le sujet en faisant référence à l'oeuvre dont le texte est extrait, au contexte historique (époque) et littéraire (mouvement), à l'auteur. Vous résumez l'extrait en une phrase. Vous définissez le genre et la structure du texte, mettez l'accent sur les thèmes et les personnages principaux puis énoncez la problématique. Enfin, vous annoncez le plan.

- Ne perdez jamais de vue que vous devez répondre à la question posée. Faites-le de façon claire et détaillée.

- Commentez le style et le sens.

- Multipliez les analyses : vocabulaire, figures de style, grammaire et syntaxe, type de texte ; et dans le cas d'un poème : forme poétique, rythmes et harmonies sonores, versification, etc.

- Évitez la paraphrase. On vous demande d'analyser le texte et non de le reformuler, même sous une forme plus développée.

- Facilitez votre future lecture en marquant les liaisons essentielles. Imaginez le ton que vous adopterez, identifiez les difficultés de lecture et de diction.

Le passage devant l'examinateur :

Gardez à l'esprit que vous serez aussi bien jugé sur la forme (qualité de l'expression et du langage) que sur le fond (pertinence du commentaire et connaissances littéraires).

Durée : 20 minutes (2 x 10 min.).

PREMIÈRE PARTIE : l'exposé (10 minutes - 10 points)

- Placez votre montre devant vous pour respecter le temps imparti. Votre exposé devra durer dix minutes, ni plus, ni moins.

- C'est le moment ou jamais d'abandonner vos tics de langage et de vous montrer éloquent. Les expressions « des fois », « pallier à (quelque chose)» et la construction « si + conditionnel » sont incorrectes. A leur place, vous emploierez : « quelquefois » ou « parfois », « pallier (quelque chose) » et utiliserez « si » suivi de l'indicatif.

- Proscrivez les élisions familières (ça, chai pas, y z-ont pas, j'ai pas...) pour adopter un niveau de langue digne d'une épreuve de baccalauréat. Construisez des phrases complètes et soignez votre vocabulaire. Si vous vous laissez aller à vos mauvaises habitudes, ne paniquez pas mais rectifiez illico !

- Répondez à la question de façon ordonnée, en appuyant votre argumentaire sur le texte, et en suivant l'ordre imposé : présentation, lecture, développement, conclusion.

- Ne négligez pas la lecture qui rapporte des points. Lisez posément, à haute et intelligible voix, en articulant. L'examinateur ne doit pas faire d'effort pour vous entendre ou pour vous comprendre.

- En cas de poème, respectez la versification. Le stress de l'enjeu et l'angoisse de ne pas finir à temps poussent de nombreux lycéens à débiter leur texte à toute allure. Pensez à votre auditoire et respirez... la ponctuation est faite pour ça ! Soyez expressif, généreux et attentif aux liaisons.

- Ne confondez pas date de publication et date d'écriture.

- Tous les titres de textes ne sont pas le fait de l'auteur. Veillez donc à ne pas énoncer de contrevérités en démarrant votre analyse par : « L'auteur a intitulé son texte ainsi car... ».

- N'interprétez pas mal le silence de l'examinateur pendant votre exposé. Si tout se passe bien, il n'interviendra pas durant ces dix minutes.

Terminez en beauté par une conclusion ouverte qui pourra habilement orienter l'étape suivante vers un sujet que vous maîtrisez. Si vous ouvrez sur une problématique plus large (mais cohérente !), il y a de fortes chances que l'examinateur vous questionne dessus pendant l'entretien. Un nouveau coup de pouce au destin !

SECONDE PARTIE : l'entretien (10 minutes - 10 points)

Trois maîtres-mots : Concentration - Communication - Clarté

- Ne vous laissez pas impressionner par le statut de l'examinateur. C'est un être humain, qui joue un rôle social, comme vous. Vous lui devez le respect mais ne devez pas le craindre. En principe, il n'est pas là pour vous piéger. Restez donc concentré sur l'instant présent et sur votre travail.

- N'hésitez pas à lui demander poliment de reformuler sa question si vous n'êtes pas certain de l'avoir comprise. Il ne s'en formalisera pas et tout vaut mieux qu'un malentendu qui engendrerait une réponse hors-sujet.

- Pour éviter ce fameux malentendu malheureux, vous pouvez également reformuler la question posée. Si vous partez sur une mauvaise piste, l'examinateur vous arrêtera.

Prenez le temps de la réflexion avant de répondre... quelques secondes, tout au plus.

- Si vous ne connaissez pas la réponse à une question, mieux vaut l'avouer simplement que de perdre du temps. Gardez cependant votre sang-froid pour pouvoir répondre à la question suivante. Si vous êtes certain que la notion n'a pas été abordée en cours, signalez-le simplement à l'examinateur qui en tiendra compte (après vérification).

- Vous avez repéré une hyperbole (ou tout autre figure de style), mais vous ne vous souvenez pas du terme précis. Ne vous focalisez pas sur votre trou de mémoire, mais prenez le temps d'expliquer le procédé : « L'auteur a utilisé une figure de style, dont j'ai malheureusement oublié le nom, qui consiste à employer des expressions exagérées pour mettre en relief une idée. ».

Même si l'examinateur vous paraît très sympathique et affable, ne vous risquez pas à demander votre note. Les instructions officielles lui interdisent de vous la communiquer.

C'est fini ! Soulagé, confiant, déçu ou dubitatif, vous sortez de la salle d'examen pour rejoindre vos camarades...Vous êtes du genre railleur, voire persifleur ? Contenez-vous encore un peu ! Une remarque malheureuse lâchée dans le couloir peut être entendue par l'examinateur... Pour peu que son sens de l'humour soit émoussé par de longues heures d'examen, vous risquez fort de perdre quelques points chèrement gagnés pour un bon mot !


 



Retour aux explications et commentaires de textes pour le bac de français
conseils oral bac
 

Bacfrancais.com® Copyright - Tous
droits réservés. Toute reproduction complète ou partielle est formellement interdite. Les commentaires de texte, les fiches, les biographies sont la propriété de bacfrancais.com®