bac francais  
Ma douce jouvence est passée...
Ma douce jouvence est passée... ACCUEIL Ma douce jouvence est passée... LIENS UTILES Ma douce jouvence est passée... NOUS CONTACTER  
Ma douce jouvence est passée...
Ma douce jouvence est passée...
 
Menu Principal
· Accueil
· Liens utiles
· Nous Contacter
· Plan du site

 
Ressources
· Autres commentaires
· Biographies
· Dissertations de philo
· Fiches de lecture
· Textes

 
Méthodologie
· La dissertation
· Le commentaire composé

 
Bac de français
· Annales du BAC
· Conseils pour l'écrit
· Conseils pour l'oral
· Dates du BAC 2009
· Résultats du BAC

 
Ronsard
· Ma douce jouvence est passée...

Ma douce jouvence est passée...

Pierre de Ronsard : Odes : Ma douce jouvence est passée...

  • Vous allez pouvoir accéder au commentaire composé du poème "Ma douce jouvence est passée..." tiré du recueil "Odes" de "Ronsard".
  • Ce fichier comprend un commentaire composé détaillé.
  • PASSAGE : Voir poème ci-dessous.
Extrait du commentaire :

Dans ses Odes (1550-1556) ou dans les sonnets des Amours, Ronsard a bien souvent chanté le thème épicurien de la joie de vivre et de la joie d'aimer, de même que son corollaire : le sentiment de la fuite du temps et l'angoisse de la mort. Vers la fin de sa vie, ces thèmes vont trouver dans son oeuvre une résonance plus personnelle et plus émouvante : malade, alité, torturé par la goutte, Ronsard écrit encore quelques poèmes où il exprime ses souffrances physiques et sa préoccupation de l'au-delà...

Poème étudié :

Ma douce jouvence est passée,
Ma première force est cassée,
J'ai la dent noire et le chef blanc,
Mes nerfs sont dissous, et mes veines,
Tant j'ai le corps froid, ne sont pleines
Que d'une eau rousse en lieu de sang.

Adieu, ma lyre, adieu, fillettes,
Jadis mes douces amourettes,
Adieu, je sens venir ma fin :
Nul passe-temps de ma jeunesse
Ne m'accompagne en la vieillesse,
Que le feu, le lit et le vin.

J'ai la tête toute élourdie.
De trop d'ans et de maladie ;
De tous côtés le soin me mord,
Et soit que j'aille ou que je tarde,
Toujours après moi je regarde
Si je verrai venir la Mort,

Qui doit, ce me semble, à toute heure
Me mener là-bas, où demeure
Je ne sais quel Pluton, qui tient
Ouvert à tous venants un antre
Où bien facilement on entre,
Mais d'où jamais on ne revient.

Pierre de Ronsard, Odes




Ma douce jouvence est passée...
 

Bacfrancais.com® Copyright - Tous
droits réservés. Toute reproduction complète ou partielle est formellement interdite. Les commentaires de texte, les fiches, les biographies sont la propriété de bacfrancais.com®

Affiliation pour Webmasters - Plan du site