bac francais  
Prophétie
Prophétie ACCUEIL Prophétie LIENS UTILES Prophétie NOUS CONTACTER  
Prophétie
Prophétie
 
Menu Principal
· Accueil
· Liens utiles
· Nous Contacter
· Plan du site

 
Ressources
· Autres commentaires
· Biographies
· Dissertations de philo
· Fiches de lecture
· Textes

 
Méthodologie
· La dissertation
· Le commentaire composé

 
Bac de français
· Annales du BAC
· Conseils pour l'écrit
· Conseils pour l'oral
· Dates du BAC 2009
· Résultats du BAC

 
Jules Supervielle
· Hommage à la Vie
· Prophétie

Prophétie

Jules Supervielle : Gravitations : Prophétie

  • Vous allez pouvoir accéder au commentaire composé du poème "Prophétie" tiré du recueil "Gravitations" de "Jules Supervielle".
  • Ce fichier comprend un commentaire composé détaillé.
  • PASSAGE : Voir poème ci-dessous.
Extrait du commentaire :

A première vue, ce poème « prophétique » paraît envisager le destin de l'homme et du monde qu'il habite sous un jour très pessimiste. La Terre, en cet avenir dont nous ignorons s'il est proche ou lointain (« Un jour... »), ne ressemblera en rien à ce que nous connaissons. Tout, apparemment, aura disparu, comme le montrent les nombreuses tournures négatives : « la Terre ne sera / Qu'un aveugle espace qui tourne... » ; « Elle n'aura plus de montagnes... ». Le temps, en effet, sera aboli, dans cet espace « aveugle », « confondant la nuit et le jour ». Les océans qui couvrent une grande partie de la surface du globe terrestre auront disparu, de même que...

Poème étudié :

Un jour la Terre ne sera

Qu'un aveugle espace qui tourne
Confondant la nuit et le jour.
Sous le ciel immense des Andes
Elle n'aura plus de montagnes.
Même pas un petit ravin.

De toutes les maisons du monde
Ne durera plus qu'un balcon
Et de l'humaine mappemonde
Une tristesse sans plafond.
De feu l'Océan Atlantique
Un petit goût salé dans l'air,
Un poisson volant et magique
Qui ne saura rien de la mer

D'un coupé de mil neuf cent cinq (Les quatre roues et nul chemin !)
Trois jeunes filles de l'époque
Restées à l'état de vapeur
Regarderont par la portière
Pensant que Paris n'est pas loin
Et ne sentiront que l'odeur
Du ciel qui vous prend à la gorge.

A la place de la forêt
Un chant d'oiseau s'élèvera
Que nul ne saura situer,
Ni préférer, ni entendre,
Sauf Dieu, qui lui, l'écoutera,
Disant : « C'est un chardonneret »

Jules Supervielle, Gravitations




Prophétie
 

Bacfrancais.com® Copyright - Tous
droits réservés. Toute reproduction complète ou partielle est formellement interdite. Les commentaires de texte, les fiches, les biographies sont la propriété de bacfrancais.com®

Affiliation pour Webmasters - Plan du site