bac francais  
Le grand magasin
Le grand magasin ACCUEIL Le grand magasin LIENS UTILES Le grand magasin NOUS CONTACTER  
Le grand magasin
Le grand magasin
 
Menu Principal
· Accueil
· Liens utiles
· Nous Contacter
· Plan du site

 
Ressources
· Autres commentaires
· Biographies
· Dissertations de philo
· Fiches de lecture
· Textes

 
Méthodologie
· La dissertation
· Le commentaire composé

 
Bac de français
· Annales du BAC
· Conseils pour l'écrit
· Conseils pour l'oral
· Dates du BAC 2009
· Résultats du BAC

 
Emile Zola
· Au bonheur des dames : Et Mouret regardait toujours son peuple de femmes...

Le grand magasin

Emile Zola : Au bonheur des dames : Et Mouret regardait toujours son peuple de femmes...

  • Vous allez pouvoir accéder au commentaire composé d'un extrait de l'oeuvre "Au bonheur des dames" d'"Emile Zola".
  • Ce fichier comprend un commentaire composé détaillé.
  • PASSAGE : Voir extrait ci-dessous.
Extrait du commentaire :

Le propriétaire du magasin, Octave Mouret, a organisé une « journée de grande vente ». Alors que la journée touche à sa fin, il contemple, du haut d'un escalier, la cohue des acheteuses qui continuent à se presser dans les rayons. Zola, toujours habile à évoquer les foules, recrée pour nous l'atmosphère de ce grand magasin. A travers cette évocation, toutefois, il trace le portrait d'un homme, Octave Mouret, et se livre à une réflexion critique sur la place que conquiert le commerce dans la société de son temps...

Texte étudié :

Et Mouret regardait toujours son peuple de femmes, au milieu de ces flamboiements. Les ombres noires s'enlevaient avec vigueur sur les fonds pâles. De longs remous brisaient la cohue, la fièvre de cette journée de grande vente passait comme un vertige, roulant la houle désordonnée des têtes. On commençait à sortir, le saccage des étoffes jonchait les comptoirs, l'or sonnait dans les caisses ; tandis que la clientèle, dépouillée, violée, s'en allait à moitié défaite, avec la volupté assouvie et la sourde honte d'un désir contenté au fond d'un hôtel louche. C'était lui qui les possédait de la sorte, qui les tenait à sa merci, par son entassement continu de marchandises, par sa baisse des prix et ses rendus, sa galanterie et sa réclame. Il avait conquis les mères elles-mêmes, il régnait sur toutes avec la brutalité d'un despote, dont le caprice ruinait des ménages. Sa création apportait une religion nouvelle, les églises que désertait peu à peu la foi chancelante étaient remplacées par son bazar, dans les âmes inoccupées désormais. La femme venait passer chez lui les heures vides, les heures frissonnantes et inquiètes qu'elle vivait jadis au fond des chapelles : dépense nécessaire de passion nerveuse, lutte renaissante d'un dieu contre le mari, culte sans cesse renouvelé du corps avec l'au-delà divin de la beauté. S'il avait fermé ses portes, il y aurait eu un soulèvement sur le pavé, le cri éperdu des dévotes auxquelles on supprimerait le confessionnal et l'autel. Dans leur luxe accru depuis dix ans, il les voyait, malgré l'heure, s'entêter au travers de l'énorme charpente métallique, le long des escaliers suspendus et des ponts volants.

Emile Zola, Au bonheur des dames




Le grand magasin
 

Bacfrancais.com® Copyright - Tous
droits réservés. Toute reproduction complète ou partielle est formellement interdite. Les commentaires de texte, les fiches, les biographies sont la propriété de bacfrancais.com®

Affiliation pour Webmasters - Plan du site