bac francais  
La fugue
La fugue ACCUEIL La fugue LIENS UTILES La fugue NOUS CONTACTER  
La fugue
La fugue
 
Menu Principal
· Accueil
· Liens utiles
· Nous Contacter
· Plan du site

 
Ressources
· Autres commentaires
· Biographies
· Dissertations de philo
· Fiches de lecture
· Textes

 
Méthodologie
· La dissertation
· Le commentaire composé

 
Bac de français
· Annales du BAC
· Conseils pour l'écrit
· Conseils pour l'oral
· Dates du BAC 2009
· Résultats du BAC

 
Georges Bernanos
· Monsieur Ouine : La fugue

La fugue

Georges Bernanos : Monsieur Ouine : La fugue

  • Vous allez pouvoir accéder au commentaire composé de l'extrait sur "La tentative de fugue de Philippe" de l'oeuvre "Monsieur Ouine" de "Georges Bernanos".
  • Ce fichier comprend un commentaire composé détaillé.
  • PASSAGE : Voir extrait ci-dessous.
Extrait du commentaire :

Philippe, l'un des personnages du roman de Georges Bemanos intitulé Monsieur Ouine (première parution en France : 1946), est un adolescent qui, lassé de l'atmosphère familiale, tente une fugue et part ainsi, sur une route... Dans une page du roman, Bernanos, multipliant les points de vue, oppose et rapproche à la fois le monde de l'enfance et le monde des adultes, et fait alterner le lyrisme et l'analyse pour éclairer la nature paradoxale de la route : malgré son « itinéraire inflexible », tracé d'avance par l'homme, la route est aux yeux de tous le symbole de l'évasion et de l'inconnu...

Texte étudié :

Au fond, pense Philippe, leur nature m'embête. Je n'ai jamais aimé que les routes. La route, elle, sait ce qu'elle veut. Non pas demain : aujourd'hui. Aujourd'hui même. »
« Aujourd'hui..., répète-t-il en hâtant le pas, comme enivré. Aujourd'hui même ! ».
La belle route ! La chère route ! Vertigineuse amie, promesse immense ! L'homme qui l'a faite de ses mains pouce à pouce, fouillée jusqu'au coeur, jusqu'à son coeur de pierre puis enfin polie, caressée, ne la reconnaît plus, croit en elle. La grande chance, la chance suprême, la chance unique de sa vie est là, sous ses yeux, sous ses pas, brèche fabuleuse, déroulement sans fin, miracle de solitude et d'évasion, arche sublime lancée vers l'azur. Il l'a faite, il s'est donné à lui-même ce jouet magnifique et, sitôt qu'il a foulé la piste couleur d'ambre, il oublie que son propre calcul en a tracé d'avance l'itinéraire inflexible. Au premier pas sur le sol magique arraché par son art à l'accablante, à la hideuse fertilité de la terre, nu et stérile, bombé comme une armure, le plus abandonné reprend patience et courage, rêve qu'il est peut-être une autre issue que la mort à son âme misérable... Qui n'a pas vu la route à l'aube, entre ces deux rangées d'arbres, toute fraîche, toute vivante, ne sait ce que c'est que l'espérance.
« Aujourd'hui, répète encore Philippe, aujourd'hui même... »

Georges Bernanos, Monsieur Ouine




La fugue
 

Bacfrancais.com® Copyright - Tous
droits réservés. Toute reproduction complète ou partielle est formellement interdite. Les commentaires de texte, les fiches, les biographies sont la propriété de bacfrancais.com®

Affiliation pour Webmasters - Plan du site