bac francais  
Moesta et Errabunda
Moesta et Errabunda ACCUEIL Moesta et Errabunda LIENS UTILES Moesta et Errabunda VOTRE COMPTE Moesta et Errabunda NOUS CONTACTER  
Moesta et Errabunda
Moesta et Errabunda
 
Menu Principal
Accueil
Liens utiles
Nous Contacter
Plan du site

 
Ressources
Autres commentaires
Biographies
Dissertations de philo
Fiches de lecture
Textes

 
Méthodologie
La dissertation
Le commentaire composé

 
Bac de français
Annales du BAC
Conseils pour l'crit
Conseils pour l'oral
Dates du BAC 2009
Rsultats du BAC

 
Baudelaire
A celle qui est trop gaie
A une dame crole
A une Madone
A une Malabaraise
A une passante
Alchimie de la douleur
Allgorie
Bndiction
Correspondances
L'albatros
L'ennemi
L'Idal
L'invitation au voyage
La Chevelure
La Vie antrieure
Le Balcon
Le jeu
Les Bijoux
Moesta et Errabunda
Parfum exotique
Recueillement
Remords Posthumes
Spleen : quand le ciel bas et lourd...

Moesta et Errabunda

Baudelaire : Moesta et Errabunda

Dis-moi, ton coeur parfois s'envole-t-il, Agathe,
Loin du noir océan de l'immonde cité,
Vers un autre océan où la splendeur éclate,
Bleu, clair, profond, ainsi que la virginité ?
Dis-moi, ton cœur parfois s'envole-t-il, Agathe ?

La mer, la vaste mer, console nos labeurs !
Quel démon a doté la mer, rauque chanteuse
Qu'accompagne l'immense orgue des vents grondeurs,
De cette fonction sublime de berceuse ?
La mer, la vaste mer, console nos labeurs !

Emporte-moi, wagon, enlève-moi, frégate !
Loin ! loin ! ici la boue est faite de nos pleurs !
– Est-il vrai que parfois le triste cœur d'Agathe
Dise : Loin des remords, des crimes, des douleurs,
Emporte-moi, wagon, enlève-moi, frégate ?

Comme vous êtes loin, paradis parfumé,
Où sous un clair azur tout n'est qu'amour et joie,
Où tout ce que l'on aime est digne d'être aimé,
Où dans la volupté pure le cœur se noie !
Comme vous êtes loin, paradis parfumé !

Mais le vert paradis des amours enfantines,
Les courses, les chansons, les baisers, les bouquets,
Les violons vibrant derrière les collines,
Avec les brocs de vin, le soir, dans les bosquets,
– Mais le vert paradis des amours enfantines,

L'innocent paradis, plein de plaisirs furtifs,
Est-il déjà plus loin que l'Inde et que la Chine ?
Peut-on le rappeler avec des cris plaintifs,
Et l'animer encor d'une voix argentine,
L'innocent paradis plein de plaisirs furtifs ?

Charles Baudelaire, Les Fleurs du Mal










Moesta et Errabunda
 

Bacfrancais.com Copyright - Tous
droits rservs. Toute reproduction complte ou partielle est formellement interdite. Les commentaires de texte, les fiches, les biographies sont la proprit de bacfrancais.com