Jacques Réda : La bicyclette

Jacques REDA : Commentaire composé de La bicyclette, Retour au calme (1989)

 

Introduction :

 

    Ce poème de Jacques Réda, extrait de son recueil Retour au calme, marque par le titre même du recueil la rupture nécessaire avec l'agitation quotidienne. Le poème intitulé La bicyclette impose précisément un changement de rythme qui permet l'observation attentive de la métamorphose opérée par la lumière du soir sur le vélo. Cette mutation spectaculaire s'effectue cependant dans une atmosphère sereine et harmonieuse.

 

Texte étudié :

 

Passant dans la rue un dimanche à six heures, soudain,
Au bout d'un corridor fermé de vitres en losange,
On voit un torrent de soleil qui roule entre des branches
Et se pulvérise à travers les feuilles d'un jardin,
Avec des éclats palpitants au milieu du pavage
Et des gouttes d'or — en suspens aux rayons d'un vélo.
C'est un grand vélo noir, de proportions parfaites,
Qui touche à peine au mur. Il a la grâce d'une bête
En éveil dans sa fixité calme : c'est un oiseau.
La rue est vide. Le jardin continue en silence
De déverser à flots ce feu vert et doré qui danse
Pieds nus, à petits pas légers sur le froid du carreau.
Parfois un chien aboie ainsi qu'aux abords d'un village.
On pense à des murs écroulés, à des bois, des étangs.
La bicyclette vibre alors, on dirait qu'elle entend.
Et voudrait-on s'en emparer, puisque rien ne l'entrave,
On devine qu'avant d'avoir effleuré le guidon
Éblouissant, on la verrait s'enlever d'un seul bond
À travers le vitrage à demi noyé qui chancelle,
Et lancer dans le feu du soir les grappes d'étincelles
Qui font à présent de ses roues deux astres en fusion.

Jacques Réda, Retour au calme

 

Commentaire :

 

I)                 La métamorphose d'un objet quotidien :

  

   Réda opère dans son texte la transfiguration d'un objet technique appartenant au domaine du sport ou à l'univers de l'enfance. Le cadre spatio-temporel évoque l'endormissement d'un village une fin de semaine : les repères chronologiques et les indicateurs de lieu du vers 1, comme le participe présent « passant », suggèrent le calme, propice à la métamorphose. Le rythme change brutalement en fin de vers avec l'adverbe « soudain » et l'effet suspensif du vers 2 (cadrage plus serré, « zoom » sur une partie du décor). On relève le champ lexical de la lumière (avec notamment un jeu de mots sur « rayons » v.6). L'oxymore du vers 3 « torrent de soleil » introduit une dimension fantastique dans la description de ce lieu habituellement banal : il faut parfois regarder de plus près le quotidien pour y trouver des éléments extraordinaires. Cet oxymore se prolonge en métaphore filée de l'écoulement (v.3 « roule », v.4 « se pulvérise », v.5 « des éclats », v.6 « des gouttes ») qui dépeint une profusion subite de lumière.

   Cette mise en lumière est un prélude indispensable à la découverte du vélo, présenté comme un objet parfait, grâce à une double hyperbole et à la majesté de l'alexandrin (alors que le reste du texte est composé de vers de 14 pieds). En saisissant les mouvements infimes de la lumière sur un objet banal, en les traduisant par de nombreuses images, Réda entraîne le lecteur dans l'expérience sensorielle qu'il a connue, lui offrant ainsi une vision renouvelée de la bicyclette désormais métamorphosée en oiseau (vers 9), puis en planète (vers 21). La tournure oxymorique du vers 9 (« en éveil dans sa fixité calme »), mise en évidence par le rejet, prépare l'envol de la bicyclette : tel un félin sur le qui-vive et qui feint de dormir, l'objet se prépare à agir.

   Un élément du quotidien est donc devenu presque surnaturel et le poète lui a donné, grâce à la magie du langage, une seconde vie. Le dernier quatrain, grâce à de nombreux effets rythmiques (notamment le rejet de l'adjectif « éblouissant » au vers 18) et à l'emploi de verbes d'action achève la personnification du vélo qui s'élève dans le ciel. La métaphore du dernier vers insiste sur l'alchimie opérée par la lumière qui confond désormais les roues de la bicyclette avec les planètes qui l'entourent. Et malgré l'intensité du « rayonnement », l'énergie produite par le vélo en fusion reste harmonieuse et traduit la sérénité du poète.

 

II)            Un effet d'harmonie et de sérénité :

 

   L'effet d'harmonie et de sérénité est rendu grâce à la perception sensorielle accrue : l'attention du poète est portée au silence (vers 10), aux bruits (vers 13), aux détails concrets de l'environnement observé (notamment les formes et les matières : « vitres en losange » au vers 2, « carreau » au vers 12). Or, cette agitation contraste avec l'immobilité du cadre : les éléments extérieurs (la rue, au vers 10, le chien, au vers 13) évoquent le rythme régulier et sans perturbation d'un petit village, à un moment où tout semble endormi.

   Ces éléments conduisent à la perception de l'effet de la lumière, perception qui nous entraîne dans la fantasmagorie du poète. On relève l'évocation d'une rêverie intérieure par les verbes « on pense » v.14 et « on devine » v.17. Du plan de l'action on passe insensiblement au plan de la contemplation et de l'imaginaire. La présence du sujet observant est discrètement rappelée par le pronom « on » qui ponctue les étapes de la métaphore v.3 et 14, mais sans qu'aucune subjectivité affirmée ne vienne s'intercaler entre le lecteur et la transfiguration opérée. Seule l'utilisation du pronom indéfini « on » v.3, 14, 15, 16, 17 et 18 peut se lire comme une marque de la présence du poète, qui invite cependant le lecteur à faire une pause pour contempler avec lui les étapes de la métamorphose et s'imprégner de la sérénité du lieu. 

   Enfin la forme du poème en vers assonancés lui confère une harmonie sonore, renforcée par la présence de quatrains au début et à la fin du texte (vers 1-4 et 18-21, avec des « rimes » embrassées). D'autres effets sonores confortent l'impression de calme et de tranquillité : ainsi les assonances en [an] au début du poème ressemblent à des rimes internes qui allongent encore le vers : « passant » et « dimanche » vers 1, « losange » vers 2, « torrent » et « branches » vers 3, « palpitants » vers 5, « suspens » vers 6. De plus, le mètre employé dans chaque vers, proche de l'alexandrin, apparente ce poème à une forme classique. Ces caractéristiques formelles permettent d'installer une atmosphère de calme propice à la révélation de la nature fantastique du vélo.

  

Conclusion :

 

   A l'instar de Francis Ponge dans Le Parti pris des choses, Jacques Réda propose de redécouvrir les objets du quotidien, éclairés sous un jour nouveau grâce à la transmutation du langage poétique. Toutefois la beauté des choses ne peut apparaître qu'au prix d'un ralentissement auquel invite le cadre de cette expérience sensorielle.