Chevalier de Jaucourt : Encyclopédie : Article "Traite des nègres"

  • Vous allez pouvoir accéder au commentaire composé de l'article "Traite des nègres" de "Jaucourt" extrait de "L'Encyclopédie".
  • Ce fichier contient un commentaire détaillé avec QUATRE parties, une introduction, une conclusion.
  • PASSAGE : Voir texte ci-après.
Extrait du commentaire :

L'article commence par une définition, que l'auteur développe ensuite en y ajoutant ses propres commentaires et jugements de valeurs. Il énonce tout d'abord les protagonistes, les lieux, les causes et les conséquences. L'auteur se positionne dès le début, « ces malheureux ». Il fait preuve de compassion puis expose le violent sentiment d'injustice qu'il ressent par une énumération en crescendo des domaines violés par les esclavagistes : la religion, la morale, les lois naturelles, les droits de la nature humaine. Son avis sur la question est sans appel : c'est un « crime atroce », dont les victimes sont...

Texte étudié :

Traite des nègres (Commerce d'Afrique). C'est l'achat des nègres que font les Européens sur les côtes d'Afrique, pour employer ces malheureux dans leurs colonies en qualité d'esclaves. Cet achat de nègres, pour les réduire en esclavage, est un négoce qui viole la religion, la morale, les lois naturelles, et tous les droits de la nature humaine.

Les nègres, dit un Anglais moderne plein de lumières et d'humanité, ne sont point devenus esclaves par le droit de la guerre ; ils ne se dévouent pas non plus volontairement eux-mêmes à la servitude, et par conséquent leurs enfants ne naissent point esclaves. Personne n'ignore qu'on les achète de leurs princes, qui prétendent avoir droit de disposer de leur liberté, et que les négociants les font transporter de la même manière que leurs autres marchandises, soit dans leurs colonies, soit en Amérique où ils les exposent en vente.

Si un commerce de ce genre peut être justifié par un principe de morale, il n'y a point de crime, quelque atroce qu'il soit, qu'on ne puisse légitimer. Les rois, les princes, les magistrats ne sont point les propriétaires de leurs sujets, ils ne sont donc pas en droit de disposer de leur liberté, et de les vendre pour esclaves.

D'un autre côté, aucun homme n'a droit de les acheter ou de s'en rendre le maître ; les hommes et leur liberté ne sont point un objet de commerce ; ils ne peuvent être ni vendus, ni achetés, ni payés à aucun prix. Il faut conclure de là qu'un homme dont l'esclave prend la fuite, ne doit s'en prendre qu'à lui-même, puisqu'il avait acquis à prix d'argent une marchandise illicite, et dont l'acquisition lui était interdite par toutes les lois de l'humanité et de l'équité.

Il n'y a donc pas un seul de ces infortunés que l'on prétend n'être que des esclaves, qui n'ait droit d'être déclaré libre, puisqu'il n'a jamais perdu la liberté ; qu'il ne pouvait pas la perdre ; et que son prince, son père, et qui que ce soit dans le monde n'avait le pouvoir d'en disposer ; par conséquent la vente qui en a été faite est nulle en elle-même : ce nègre ne se dépouille, et ne peut pas même se dépouiller jamais de son droit naturel ; il le porte partout avec lui, et il peut exiger partout qu'on l'en laisse jouir. C'est donc une inhumanité manifeste de la part des juges de pays libres où il est transporté, de ne pas l'affranchir à l'instant en le déclarant libre, puisque c'est leur semblable, ayant une âme comme eux.

Chevalier de Jacourt, Encyclopédie
  • Pour accéder au document,
  • CLIQUEZ sur le drapeau correspondant à votre pays en bas de page.
  • Une fenêtre s'ouvre, appelez ensuite le numéro de téléphone qui s'affiche (vous pouvez appeler à partir de n'importe quel poste, cet appel vous est facturé 1.80EUR).
  • Suivez bien les instructions qui vont vous être indiquées au téléphone. Notez bien le CODE que l'on va vous communiquer sur un morceau de papier par exemple.
  • Entrez ensuite ce code dans le CHAMP en bas de page (en dessous des drapeaux) puis cliquez sur le bouton "Envoyer".
  • Vous accédez alors au document souhaité. Si vous rencontrez des problèmes, contactez-nous.


Autres Pays
&