bac francais  
biographie saint-amant
biographie saint-amant ACCUEIL biographie saint-amant LIENS UTILES biographie saint-amant VOTRE COMPTE biographie saint-amant NOUS CONTACTER  
biographie saint-amant
biographie saint-amant
 
Menu Principal
· Accueil
· Liens utiles
· Nous Contacter
· Plan du site

 
Ressources
· Autres commentaires
· Biographies
· Dissertations de philo
· Fiches de lecture
· Textes

 
Méthodologie
· La dissertation
· Le commentaire composé

 
Bac de français
· Annales du BAC
· Conseils pour l'écrit
· Conseils pour l'oral
· Dates du BAC 2009
· Résultats du BAC

biographie saint-amant

Biographie de Saint-Amant

Saint-Amant (Marc-Antoine Girard, sieur de)
(1594-1661)

Poète français.

Fils de marchands rouennais, Marc-Antoine Girard naquit à Rouen pas loin de l'abbaye de Saint-Amant, à qui il empruntera plus tard son nom. De son enfance et de sa famille, il ne nous est parvenu que des éléments disparates le plus souvent issus de ses propres écrits. On sait toutefois que son père fut un officier de la marine, que ses deux frères périrent en combattant les turcs, qui tinrent son père prisonnier à Constantinople et tuèrent également deux de ses cousins et d'autres membres de sa famille. Nul doute que Saint-Amant eut alors des raisons particulières pour les haïr.

L'éducation qu'il reçut ne fut pas très raffinée. Pas de grec ni de latin et un défaut de culture qu'il compensa par la fréquentation des gens de la bonne société et par les voyages. A défaut d'humanités, il parla l'espagnol, l'italien et l'anglais, fut un excellent musicien et un poète prometteur. Il aurait failli se noyer trois fois dans la Seine dans sa jeunesse, ce qui fit qu'il eut une sainte horreur de l'eau, lui préférant les joies du vin et de la bonne chère en compagnie de la noblesse de l'époque dans les cabarets parisiens. Il rejoignit très vit la maison du duc de Retz et partit avec ce dernier dans son domaine de Belle-Isle, où il vécut de nombreuses années.
Dans cette période remplie de cabales et de coteries, Saint-Amant parvint à s'attacher à toutes les chapelles littéraires, tous les courants politiques et tous les groupes religieux. Il put voyager énormément, le plus souvent dans la suite de ses protecteurs, en Afrique de l'Est et aux Caraïbes avant 1620, deux fois en Angleterre en 1631 et 1643 - donnant naissance à son long poème « Albion » et plusieurs autres oeuvres courtes critiquant cette nation qui attaquait éhontément son propre roi ; en Italie en 1633, donnant naissance à « Rome ridicule », un dénigrement burlesque des monuments et légendes de la ville éternelle ; en expédition navale sur la Méditerranée (1636 - 1637), qu'il raconta dans « Le passage de Gibraltar », et en Pologne et en Suède de 1649 à 1651. Son intérêt pour la science et la philosophie lui fit visiter les tombes de Galilée en Italie et de Copernic sur la route de Varsovie.

Le ton des poèmes de Saint-Amant est particulièrement irrévérencieux. Il s'y dépeint lui-même comme membre d'un groupe de poètes bons vivants, fumeurs invétérés, amateurs de vins ou de cidres, de jambon ou de fromages et amoureux de l'oisiveté, comme le montre son célèbre sonnet « Le paresseux » qui est un magnifique hymne à l'indolence.

Saint-Amant mania un registre exceptionnel de formes et de genres poétiques, des épigrammes aux sonnets en passant par les rondeaux, les triolets, les élégies, les épîtres, les satires, les odes et le poème épique biblique (« Moyse sauvé », 1653). Ses thèmes et ses sujets partageaient une diversité baroque, des ruines hantées (« La solitude ») aux paysages marins, des plaisirs de la pipe, de la table et du lit aux évènements politiques et sociaux de l'époque, en passant par des méditations religieuses. Il utilisa un vocabulaire riche en termes scientifiques, navals et de néologismes humoristiques, le tout en étant original, plein d'imagination et d'inspiration. Son premier recueil, « Les oeuvres », fut publié en 1629. Suivront en 1631 « La suite des oeuvres », puis « Seconde partie des oeuvres » (1643), « Troisième partie » (1649) et « Dernier recueil » (1658). Il décéda à Paris, dans un hôtel modeste de la rue de Seine, en 1661.

 



Retour à l'accueil des biographies


biographie ernaux
 

Bacfrancais.com® Copyright - Tous
droits réservés. Toute reproduction complète ou partielle est formellement interdite. Les commentaires de texte, les fiches, les biographies sont la propriété de bacfrancais.com®