bac francais  
le baroque
le baroque ACCUEIL le baroque LIENS UTILES le baroque VOTRE COMPTE le baroque NOUS CONTACTER  
le baroque
le baroque
 
Menu Principal
· Accueil
· Liens utiles
· Nous Contacter
· Plan du site

 
Ressources
· Autres commentaires
· Biographies
· Dissertations de philo
· Fiches de lecture
· Textes

 
Méthodologie
· La dissertation
· Le commentaire composé

 
Bac de français
· Annales du BAC
· Conseils pour l'écrit
· Conseils pour l'oral
· Dates du BAC 2009
· Résultats du BAC

le baroque

Les mouvements littéraires

Le Baroque

Le nom et l'adjectif « baroque » viennent de « barroco », terme portugais qui désigne une perle irrégulière. Jusqu'au 19ème siècle, le terme aura une connotation péjorative et sera synonyme d'excentricité ou d'étrangeté. Aujourd'hui, il caractérise, en histoire de l'art et en littérature, un style esthétique européen qui, à partir de la seconde moitié du 16ème siècle, refuse les normes classiques. Le mouvement littéraire baroque dure environ un siècle (de 1560 à 1660).

I) Baroque et classicisme en France

Même si le baroque se caractérise, au sens large, par un rejet des contraintes et une propension à l'exubérance, il n'a jamais existé d'école baroque et nombre d'écrivains, Corneille en tête, furent baroques avant d'être classiques. Schématiquement, on peut dire que le baroque est la tendance dominante de la première moitié du 17ème siècle (même si le courant est né vers 1560-1570) tandis que le classicisme est celle de la seconde moitié. Les figures et thèmes récurrents qui définissent l'esthétique baroque ne seront analysés qu'à partir de la moitié du 20ème siècle. Le courant baroque fut un mouvement à dimension européenne, qui envahit toutes les sphères artistiques (arts plastiques, architecture, musique...). En Italie, le baroque a succédé au classicisme.

II) Inquiétude et mouvement

La sensibilité baroque est fondée sur l'instabilité, l'inquiétude et le doute. Ces sentiments agités trouvent leur origine dans cette période de l'Histoire de France où les guerres de religion successives et la Fronde ébranlèrent les certitudes et les savoirs traditionnels. De cette instabilité et cette inquiétude naquirent le goût du courant baroque pour le mouvement. En littérature, ce goût du mouvement se traduit par l'abondance des scènes d'action tandis que l'architecture l'exprime dans les formes mouvantes (volutes, arabesques). Le détour, autre forme du mouvement, est un des fondamentaux de la littérature baroque. Les romans héroïques et les tragi-comédies se perdent en circonvolutions et en digressions excessives. L'intrigue n'est jamais simple et le détour linguistique des périphrases très prisé. Parmi les éléments, l'eau, le plus mouvant et le plus inconstant d'entre eux, tient une place privilégiée dans l'imaginaire baroque, en particulier dans la poésie.

III) Les thèmes

On retrouve la prédominance des sentiments d'instabilité, d'inquiétude et de doute dans les thèmes chers au courant baroque :

  • Inconstance amoureuse
  • Vanité de l'homme
  • Folie
  • Règne du hasard et de la Fortune (le sort)
  • Jeu de l'illusion (procédés récurrents de mise en abyme, interventions du monde onirique, jeux de miroir, personnages déguisés, métamorphoses prodigieuses...)
  • Illustration de la précarité de la vie (éléments naturels éphémères : bulle, fleur, fumée...)
  • Eau
  • Obsession de la mort

IV) Les figures de style

Si l'utilisation de nombreuses périphrases traduit le goût du détour, d'autres figures de styles expriment l'attirance du courant baroque pour l'exubérance des formes : métaphores, antithèses, hyperboles et paradoxes se succèdent afin de surprendre le lecteur.

La pointe, trait d'esprit placé en fin de texte, destiné à étonner et à charmer le lecteur, témoigne également du penchant du baroque pour le spectaculaire.

V) Le théâtre, scène du baroque

Le baroque s'affirme par le refus des contraintes. Sa revendication permanente de liberté se manifeste par un affranchissement par rapport aux formes classiques et aux usages littéraires traditionnels. Le baroque ose mêler genres et tonalités antinomiques : au théâtre, il privilégie la tragi-comédie, sous-genre hybride qui traduit parfaitement l'ambivalence de la vie. La pastorale, autre genre emblématique, apparaît au début du 17ème siècle et utilise largement les procédés de l'illusion : déguisements, magie, métamorphoses, jeu de la Fortune, péripéties extraordinaires...

Le théâtre, à la frontière de l'illusion et de la réalité, est le genre le plus à même d'incarner parfaitement la sensibilité baroque qui perçoit la Vie comme une vaste scène théâtrale où tout est illusion. Le hasard et la violence règnent en maîtres dans les aventures mouvementées de la tragi-comédie baroque : incestes, viols, suicides, actes de torture, vengeances ne sont plus des sujets tabous.

VI) Les auteurs

Agrippa d'Aubigné (Les Tragiques)
Cyrano de Bergerac (L'Autre monde)
Saint-Amant (La Solitude)
Corneille (L'illusion comique)
Théophile de Viau (Élégie à une dame)
Tristan L'Hermite (Amaryllis : pastorale)
Honoré d'Urfé (L'Astrée)

 



Retour aux explications et commentaires de textes pour le bac de français

biographie ernaux
 

Bacfrancais.com® Copyright - Tous
droits réservés. Toute reproduction complète ou partielle est formellement interdite. Les commentaires de texte, les fiches, les biographies sont la propriété de bacfrancais.com®