bac francais  
resume barbier de seville
resume barbier de seville ACCUEIL resume barbier de seville LIENS UTILES resume barbier de seville NOUS CONTACTER  
resume barbier de seville
un sac de billes
 
Menu Principal
· Accueil
· Liens utiles
· Nous Contacter
· Plan du site

 
Ressources
· Autres commentaires
· Biographies
· Dissertations de philo
· Fiches de lecture
· Textes

 
Méthodologie
· La dissertation
· Le commentaire composé

 
Bac de français
· Annales du BAC
· Conseils pour l'écrit
· Conseils pour l'oral
· Dates du BAC 2009
· Résultats du BAC

resume barbier de seville

Joseph Joffo, Un sac de billes : résumé chapitre par chapitre


Bestseller international traduit en dix-huit langues, Un sac de billes est un roman autobiographique écrit par Joseph Joffo et publié en 1973. Il raconte l'enfance de l'auteur, de confession juive, pendant la Seconde Guerre mondiale. L'histoire prend place en 1941 lorsque la France est occupée par les forces de l'Allemagne nazie. Le petit Joseph, cadet d'une famille de cinq enfants, est alors âgé de dix ans.

Chapitre 1


L'action débute dans le 18e arrondissement de Paris à la Porte de Clignancourt, où Joseph et sa famille habitent. Son père, coiffeur, tient un salon avec l'aide de ses deux fils aînés, Albert et Henri, tandis que sa mère s'occupe de l'appartement juste au-dessus dans lequel ils vivent. On nous y présente Joseph et son autre frère Maurice, lui âgé de douze ans, s'adonnant aux jeux de billes avec grande passion. Mais le ton change lorsque les deux enfants aperçoivent un binôme de soldats allemands descendre la rue et entrer dans le salon de coiffure de leur père.

Chapitre 2


Un peu surpris par ces clients inhabituels, Henri et le père Joffo accueillent les deux soldats et leur coupent les cheveux. L'un d'eux engage la conversation, en déclarant que les Juifs sont responsables de la guerre. Avant qu'ils ne partent, le père n'hésite pas à leur apprendre que tout le monde dans le salon était juif. Le soir venu, on retrouve Joseph et Maurice dans leur chambre au moment du coucher. Leur père leur raconte une histoire avant qu'ils ne s'endorment : celle de leur grand-père qui a fui la Russie et traversé toute l'Europe à cause de la Première Guerre mondiale.

Chapitre 3


Quelques temps après, le port de l'étoile jaune devient obligatoire et les enfants s'en voient coudre une sur leur veste. L'ambiance à l'école est subitement changée : Joseph ressent la gêne de ses professeurs qui ne l'interrogent plus, puis à la récréation les autres élèves l'excluent et se montrent violents envers lui et son frère Maurice. Face à ces persécutions, seul son copain Zérati tente de les défendre. Il propose d'ailleurs à Joseph de lui échanger son étoile contre un sac de billes. Craignant pour la sécurité de sa famille, le père Joffo ordonne aux enfants de ne plus fréquenter l'école. Il leur annonce qu'ils devront quitter Paris pour rejoindre Albert et Henri à Menton, en zone libre.

Chapitre 4


Leurs parents devant encore rester pour régler quelques affaires, Joseph et Maurice partent seuls à la gare d'Austerlitz avec 10 000 francs en poche et sans papiers. Ils prennent un train en direction de Dax. Les deux frères peinent à trouver une place dans les wagons bondés, et ils sympathisent avec une vieille dame qui leur offre une limonade. Arrivés à destination, le train s'arrête et des soldats allemands s'apprêtent à contrôler les voyageurs. La femme qui les a aidés est emmenée. Alors que les enfants croyaient y passer à leur tour, un prêtre assis à côté les prend sous sa protection : il montre ses papiers et dit aux soldats que Maurice et Joseph sont avec lui. Ils échappent ainsi au contrôle et sortent du train.

Chapitre 5


Les deux frères arrivent au village d'Hagetmau et vont manger dans un café. Ils y rencontrent un jeune passeur, Raymond, qui les aide à accéder à la zone libre. Il les guide jusqu'à une ferme dans laquelle ils pourront passer la nuit pour se reposer, le propriétaire laissant sa grange à disposition des réfugiés. Mais plutôt que de dormir, Maurice préfère s'activer à gagner un peu d'argent : ayant mémorisé le chemin indiqué par Raymond, il s'improvise lui-même passeur et parvient à gagner 20 000 francs en aidant une quarantaine de personnes. Le lendemain, ils partent de la ferme en direction d'Aire-sur-l'Adour. Après plusieurs heures de marche, ils croisent un homme – le comte de V – qui accepte de les prendre dans sa charrette pour les amener à destination. Il les dépose à la gare et les deux enfants prennent le train pour Marseille.

Chapitre 6


Joseph et Maurice y voient la mer pour la première fois et, en attendant leur prochain train, ils vont regarder un film au cinéma. De retour à la station, deux gendarmes interrogent Joseph et lui demandent ses papiers. Le garçon ment habilement et prétend que son père les a en montrant du doigt un parfait inconnu. Il l'aborde pour lever tout soupçon et parvient à monter dans le train sans encombre. Les deux frères retrouvent finalement leurs aînés à Menton comme prévu. Après quelques jours de détente, ils se décident à trouver un emploi afin d'aider Henri et Albert à subvenir à leurs besoins. Maurice travaille dans une boulangerie, tandis que Joseph garde le troupeau du fermier Viale dans la montagne. Mais un jour, ils reçoivent une lettre de leurs parents leur annonçant une mauvaise nouvelle : ces derniers ont été arrêtés par les autorités de Vichy et sont enfermés au stade de Pau. Henri part alors pour tenter de les libérer et, sur la demande de leur père, Joseph et Maurice retournent à l'école. Une semaine plus tard, les parents Joffo sont relâchés et ils s'installent à Nice. Quelques jours seulement après le retour d'Henri, une autre mauvaise nouvelle tombe : Albert et lui sont convoqués pour effectuer le Service de Travail Obligatoire en Allemagne. La fratrie décide alors de quitter Menton pour rejoindre leurs parents à Nice.

Chapitre 7


Nous sommes en septembre 1942 et la famille Joffo est enfin réunie à Nice. Joseph et Maurice retrouvent les bancs de l'école et ils sympathisent avec les soldats italiens présents dans la ville. À savoir que l'armée italienne n'adhère pas à la politique nazie d'arrestation systématique des Juifs. Les deux enfants mettent en place quelques trafics de nourriture qui leur permettent de gagner un peu d'argent en plus. Néanmoins le répit n'est que de courte durée : en 1943, l'Italie capitule et passe du côté des Alliés. Les soldats italiens quittent la France et les troupes allemandes reprennent le contrôle de la zone qu'ils occupaient. Des soldats et des membres de la Gestapo arrivent par centaines à la gare de Nice et la répression contre les populations juives s'intensifie brutalement : les dénonciations sont quotidiennes et les arrestations systématiques. Face au danger ambiant, la famille Joffo doit se séparer une nouvelle fois.

Chapitre 8


Sur les conseils de leur père, Maurice et Joseph partent pour Golfe-Juan en vue d'atteindre le camp d'éducation Moisson Nouvelle. Ils choisissent de suivre des cours de poterie, puis changent d'avis pour travailler en cuisine. Les deux frères se lient d'amitié avec un jeune garçon d'origine algérienne, Ange Testi, qui leur raconte son histoire. Ils décident alors de s'en inspirer pour préparer un faux alibi dans le cas où ils se feraient interroger par les soldats allemands. Et ils ne croyaient pas si bien faire : à l'occasion d'une virée en ville gentiment proposée par l'intendant du camp, Ferdinand, ils sont tous les trois arrêtés par la Gestapo pour vérifier leur situation. Ils sont alors emmenés à l'hôtel Excelsior, le quartier général des SS.

Chapitre 9


Joseph et Maurice sont interrogés plusieurs fois, séparément. Mais leur plan élaboré en amont leur permet de ne pas se trahir : ils prétendent être des français catholique d'Algérie et nient continuellement d'être juifs, faisant passer leur circoncision pour une opération chirurgicale. Le médecin qui les examine confirme cette information. Les deux enfants restent enfermés dans l'hôtel durant une longue semaine au cours de laquelle Joseph tombe malade. Le responsable leur pose finalement un ultimatum : ils doivent apporter leur certificat de baptême dans les deux jours, sans quoi ils seront déportés. Maurice est alors autorisé à sortir pour aller les chercher. Avec l'aide précieuse du curé de la Buffa et de l'archevêque de Nice, Rémond, il arrive à se procurer les papiers nécessaires à leur libération.

Chapitre 10


De retour au camp Moisson Nouvelle, ils apprennent que leur père a été pris dans une rafle. Leur identité juive étant révélée, ils doivent donc s'enfuir de nouveau. Joseph et Maurice partent d'abord en direction de Montluçon pour rejoindre leur sœur aînée, Rosette, qui habite non loin de là, à Ainay-le-Vieil. Mais du fait qu'il y ait un collaborateur dans le village susceptible de les dénoncer, elle leur explique qu'ils ne peuvent pas rester plus longtemps. Ils partent alors pour Aix-les-Bains en Savoie pour rejoindre leurs frères et leur mère, qui avait réussi à échapper à la rafle. N'arrivant pas à surmonter l'arrestation de son mari, elle ne tardera pas à remonter à Paris. Encore forcés de fuir, les deux frères tentent finalement de retrouver une vie normale dans le village de Rumilly.

Chapitre 11


Nous sommes maintenant à la fin de l'année 1943. Maurice travaille dans un restaurant, Joseph est livreur de journaux et libraire chez M. Mancelier. Pétainiste et antisémite convaincu, il ignorera durant toute la guerre que son employé était juif. Les deux frères rejoignent la Résistance, et falsifient des tickets de rationnement pour gagner un peu plus d'argent. Le village est finalement libéré en août 1944. Par ailleurs, Joseph défendra son patron en prétendant qu'il savait qu'il était juif, afin de le sauver d'une mort certaine. Après la Libération de Paris, il rentre dans la capitale rapidement suivi de son frère Maurice. La famille se retrouve enfin dans le salon de coiffure, seul manque le père Joffo qui n'a pas survécu à la déportation.
 






Retour aux explications et commentaires de textes pour le bac de français

biographie ernaux
 

Bacfrancais.com® Copyright - Tous
droits réservés. Toute reproduction complète ou partielle est formellement interdite. Les commentaires de texte, les fiches, les biographies sont la propriété de bacfrancais.com®