bac francais  
resume barbier de seville
resume barbier de seville ACCUEIL resume barbier de seville LIENS UTILES resume barbier de seville NOUS CONTACTER  
resume barbier de seville
la reine morte
 
Menu Principal
· Accueil
· Liens utiles
· Nous Contacter
· Plan du site

 
Ressources
· Autres commentaires
· Biographies
· Dissertations de philo
· Fiches de lecture
· Textes

 
Méthodologie
· La dissertation
· Le commentaire composé

 
Bac de français
· Annales du BAC
· Conseils pour l'écrit
· Conseils pour l'oral
· Dates du BAC 2009
· Résultats du BAC

resume barbier de seville

Montherlant, La Reine morte : résumé acte par acte


Acte I


Premier tableau


Le premier tableau a lieu au Portugal, plus précisément à Montemor-o-velho, dans l'une des salles du Palais Royal.

Le roi Ferrante, père de Don Pedro, a un entretien avec l'infante de Navarre, qu'il garde sous son aile ainsi que son frère, l'infant, suite à un accord commun avec leur père le roi de Navarre. Cet accord a pour base le mariage entre l'infante et Don Pedro. L'infante, amoureuse donc de Don Pedro, vient se plaindre au roi Ferrante car elle se dit malheureuse et blessée. Don Pedro lui a avoué récemment être amoureux d'une autre, Inès de Castro. Se sentant déshonorée, de même que toute la Navarre, l'infante veut retourner dans son pays de peur de mourir de chagrin. Le roi Ferrante refuse, voyant là une occasion ratée d'établir une alliance avantageuse entre le Portugal, la Navarre et l'Aragon. Cela permettrait au roi d'avoir un pouvoir suprême sur ces régions, ce qui pourrait l'aider à faire pression sur la Castille.

Nous voyons ensuite, toujours dans le même tableau, le roi s'entretenir avec son fils, Don Pedro, en lui expliquant que son attitude déshonore le pays entier, ainsi que l'infante. Il reconnaît s'être plus occupé de sa fonction de roi que de son propre fils, cependant il met la faute sur le caractère difficile de Don Pedro. Il tente par tous les moyens de convaincre Pedro de revenir sur sa décision et d'abandonner Inès pour l'infante, afin de privilégier la cause du royaume. Il se heurte à l'amour absolu de son fils envers Inès, ce qui l'oblige à le menacer d'exiler la jeune femme. Le prince explique qu'il se trouve pris entre deux feux : d'une part son devoir envers le royaume, son obligation, et d'autre part son affection. On reconnaît le schéma classique du choix cartésien entre la passion et le devoir.
Le roi, agacé, lui assure que même s'il épouse l'infante, il pourra vivre en concubinage avec Inès car cela n'est pas à l'encontre de la loi. L'infante sera sur le trône et demeurera son épouse légitime et officielle. Malgré cela, Don Pedro refuse car d'une part il ne veut faire souffrir aucune des deux femmes, et d'autre part il veut Inès comme seule épouse. Le roi est agacé et l'oblige à donner sa réponse dans 5 jours. Il le menace de subir un dur châtiment s'il s'obstine à refuser l'infante.

Deuxième tableau


La scène se passe à présent dans la maison d'Inès.
Nous apprenons de la bouche de Don Pedro que les jeunes amoureux sont déjà mariés. Cependant il avoue à Inès qu'il n'a pas encore osé le révéler à son père. Inès le lui reproche mais, comprenant que Don Ferrante les punira sévèrement, elle se résout à convaincre son bien-aimé de choisir le trône plutôt que l'amour, et de gouverner en pensant à elle. Acceptant tout d’abord, Pedro fait le vœu de partager la vie d'Inès un jour. Celle-ci garde espoir, car nous apprenons qu'elle est enceinte de Pedro.
Mais le roi entre et apprend de la bouche d'Inès qu'elle et son fils sont maintenant unis par les liens du mariage. Furieux et incapable de comprendre le bonheur de son fils, Ferrante ordonne aux amants de ne plus se revoir. Puis il demande à Don Christoval, l'homme qui s'est occupé de l'éducation de Pedro, d'arrêter celui-ci et de l'enfermer au château de Santarem pour le punir.

Acte II


Premier tableau


La scène a lieu au Palais, dans le cabinet de travail de Don Ferrante.
Un conseil a lieu, durant lequel les conseillers du roi donnent leur avis sur la situation. Le premier ministre, Egas Coelho, estime qu'il faudrait mettre à mort Inès afin d'éviter tout ennui. Le roi se refuse à une telle situation, il n'accepte que l'exil ou la prison. L'ensemble des conseillers font remarquer au roi qu'il donne l'image d'un roi ayant peur de verser du sang, et étant craintif. Ils tentent de le convaincre en mettant en avant l'idée que Inès est, selon leurs termes, une bâtarde. Face à ses objections, le roi fait venir Inès de Castro au sein de l'audience. Les conseillers n'osent exprimer clairement la raison pour laquelle ils en ont à ce point après la jeune femme. Non convaincu, le roi les congédie, et s'entretient avec Inès.
Durant cet échange, le roi s'attendrit tout d'abord, se confessant à la jeune femme en expliquant qu'il se lasse de son pouvoir et de ses devoirs envers le royaume. Il ne sait que faire devant la difficulté d'une telle situation. Il demande à Inès de tenter de convaincre Pedro de se marier avec l'Infante en faisant annuler le présent mariage par le Pape.

Deuxième tableau


Cette scène se déroule à l'extérieur du château, dans un endroit champêtre. Inès et Don Pedro se rencontrent à nouveau, plus amoureux que jamais, et la jeune femme avoue ne pas avoir osé parler de l'enfant. Elle explique en détail au Prince le souhait du roi, c'est-à-dire le souhait de voir son fils annuler son présent mariage par le Pape et épouser l'Infante. Les deux amants s'échangent leurs inquiétudes et leur peur que le roi ne décide de leur destinée. Les soldats qui ont amené le Prince à l'extérieur du château le ramènent.

Ensuite, l'infante et Inès se rencontrent. Malgré son orgueil blessé, l'Infante se prend 'affection pour Inès, c'est pourquoi elle lui explique que le conseil a décidé de la décapiter. Elle lui propose de la suivre en Navarre, afin d'être protégée. Mais Inès croit en la bonté du roi, elle refuse de se laisser impressionner et est persuadée que le roi Ferrante ne lui fera jamais aucun mal. Ce dernier semble en effet lui aussi éprouver de l'affection pour la jeune femme. Inès refuse également d'abandonner l'homme qu'elle aime, et dont elle porte l'enfant. Avant de se séparer, l'Infante demande à Inès de gagner la confiance du page du roi, Dino Del Moro, afin de connaître les desseins de la cour.

Acte III


La scène se déroule dans une salle sombre, au Palais Royal.
Le roi Ferrante pressent un étrange danger, comme si la mort le guettait. Il reçoit un message de Don Alvar, l'un des conseillers, disant que le Pape refuse de voir le mariage annulé. Inès a enfin réalisé qu'on cherchait bel et bien à la tuer, c'est pourquoi elle cherche à forcer le page de lui dévoiler les desseins que le roi a pour elle.
Mais à cet instant le roi arrive ainsi que Don Alvar, et Ferrante avoue à Inès ce qu'il est écrit dans le message. Le Prince arrive à son tour pour annoncer l'attaque terrible des Africains au port de Tavira. L'homme qui devait s'occuper de ne pas laisser le port sans défense est censé être condamné à mort, mais le roi s'y refuse une nouvelle fois.
Le roi s'entretient avec Inès, à qui il dit aimer se confesser car elle est une femme, et il discute avec elle de la manière dont il faut exercer le pouvoir et le droit de punir autrui. Pendant qu'ils discutent, les conseillers du roi s'imaginent que celui-ci est envoûté par la jeune femme.
A un moment, Inès perçoit l'ombre de l'Infante qui lui fait signe de fuir, cependant la jeune femme préfère rester et avouer au roi qu'elle est enceinte de son fils. Au début, Ferrante se révèle attendri et doux, s’épanchant sur la jeune femme et racontant la jeunesse de son fils. Puis il en vient à expliquer comment il se détourna de lui et pourquoi, ce qui l'amène à se durcir de nouveau. Il explique qu'il a été extrêmement déçu de la manière dont a grandi son fils. Il lui reproche avant tout ce qu'il appelle sa médiocrité, et c'est pourquoi il se dit trop empli d'espoir envers son fils. Il reproche également à Inès d'être comme lui, trop confiante envers Pedro. Il décide finalement de mettre à mort l'homme qui laissa le port sans défense. De même, son attitude envers Inès redevient dure.

Une fois seul, Ferrante médite sur les raisons qui font qu'il pourrait tuer Inès. Ne semblant pas pouvoir se raisonner, il décide d'être dur, afin de montrer l'exemple, et appelle un capitaine. Il lui ordonne de tuer Inès puis de ramener son cadavre dans l'oratoire du Palais. Il dit vouloir préserver la pureté du trône, et c'est la raison pour laquelle il refuse de laisser vivre un enfant bâtard.
Lorsqu'il annonce à ses conseillers la nouvelle, il ressent une impression violente : il se dit frappé par le sabre de Dieu, puis meurt suite à ce brusque malaise. On apporte le corps inerte d'Inès sur lequel Pedro, extrêmement ému, pleure. Il pose la couronne sur le ventre de sa bien-aimée. Les princes et l'assistance entière prêtent allégeance autour du corps de la jeune femme, tandis que le cadavre du roi demeure délaissé, abandonné loin de la foule.
 






Retour aux explications et commentaires de textes pour le bac de français

biographie ernaux
 

Bacfrancais.com® Copyright - Tous
droits réservés. Toute reproduction complète ou partielle est formellement interdite. Les commentaires de texte, les fiches, les biographies sont la propriété de bacfrancais.com®