bac francais  
ACCUEIL LIENS UTILES NOUS CONTACTER  
resume barbier de seville
 
Menu Principal
· Accueil
· Liens utiles
· Nous Contacter
· Plan du site

 
Ressources
· Autres commentaires
· Biographies
· Dissertations de philo
· Fiches de lecture
· Textes

 
Méthodologie
· La dissertation
· Le commentaire composé

 
Bac de français
· Annales du BAC
· Conseils pour l'écrit
· Conseils pour l'oral
· Dates du BAC
· Résultats du BAC

resume barbier de seville

Dissertation de Philosophie (corrigé) : La technique ne sert-elle qu'à nous rendre maître de la nature ?

La technique désigne l’ensemble des moyens d’action que l’intelligence humaine produit en vue des besoins de l’homme. D’une manière évidente, elle appuie le travail en fournissant des outils de plus en plus ingénieux qui procurent des gains de productivité. Par la suite, elle a largement dépassé le seul cadre utilitariste et réalise un pouvoir de domination : l’homme n’est plus soumis à la nature, mais la nature sert maintenant comme un fond exploitable dans tous ses parts. Toutefois, son progrès aura créé de nouvelles réalités artificielles qui s’imposent, à un point tel que l’on remet en question la véritable vocation de la technique. La technique est-elle le meilleur moyen pour déployer notre supériorité vis-vis du monde naturel ? Nous verrons dans une première partie que sa raison d’être est originairement de mettre l’homme à un niveau supérieur à la Nature. Ensuite, dans une seconde partie, nous remarquerons que la technique est riche en sens et dépasse le seul cadre de l’instrumentalité.

I. La technique et sa maitrise de la nature


A. La technique est incontournable pour la survie


Si nous rejoignons Aristote quand il cite cette phrase célèbre « la nature ne fait rien en vain » nous remarquons alors que la nature rend bien justice à l’homme lorsqu’il lui dote de l’intelligence technicienne. Est-il possible que l’homme puisse vivre sur terre s’il n’était pas doté de son intelligence, mais se suffisait dans son instinct ? Nous pouvons supposer le fait que son corps s’adapterait aux aléas de la nature, de sorte que son organisme s’adapterait à manger des aliments crus ou à supporter les fortes variations de température. Et pourtant, il n’en est rien dans la réalité. Ainsi, l’intelligence humaine est une faculté inséparable à l’homme, et se demander pourquoi il est le seul être à en disposer revient à savoir pourquoi il est homme. L’intelligence humaine, qui est la source de la technique, existe préalablement au désir de vouloir créer des outils, comme l’a affirmé Bergson dans L’Évolution créatrice : « L’intelligence, envisagée dans ce qui en paraît être la démarche originale, est la faculté de fabriquer des objets artificiels, en particulier des outils à faire des outils, et d’en varier indéfiniment la fabrication ». Autrement dit, l’intelligence est naturelle à l’homme au même titre qu’il lui est naturel d’avoir des besoins et d’assurer sa survie. En déployant son intelligence, il a affaire à la technique pour combler ses besoins naturels. Il s’agit alors de la première forme de maitrise qu’il exerce à l’égard de la nature.

B. La technique comme pouvoir de domination de la nature


Si l’essentiel de la technique est de permettre une existence décente à l’homme, d’où vient l’aspiration qui est de « nous rendre comme maitre et possesseur de la nature » ? Nécessairement à cause du désir insatiable de l’homme, passant de degré en degré vers de nouveaux stades de plaisir, de pouvoir et d’honneur. A première vue, la domination de la nature semble être une ambition tout à fait neutre, une façon comme une autre de nous préserver contre les caprices et les dangers qui pourraient nous anéantir facilement. D’ailleurs, la médecine et toutes les sciences qui agrémentent le quotidien des hommes sont déjà des formes de contrôle et de manipulation de la nature, bien que leurs bienfaits se ressentent immédiatement chez les individus qui les appliquent. En effet, il n’y a pas intérêt à dominer la nature si cela ne rapporte aucun bénéfice dans le cercle direct de l’humain. Descartes a employé ces termes dans le Discours de la méthode : « Car elles m’ont fait voir qu’il est possible de parvenir à des connaissances qui soient fort utiles à la vie, et qu’au lieu de cette philosophie spéculative, qu’on enseigne dans les écoles, on en peut trouver une pratique, par laquelle connaissant la force et les actions du feu, de l’eau, de l’air, des astres, des cieux et de tous les autres corps qui nous environnent ». Le véritable sens de ce souhait cartésien peut alors s’interpréter comme étant l’épanouissement de l’homme dans la recherche de sa destinée.

En ayant la capacité d’utiliser la nature et de la transformer en profondeur, la technique semble donc être le moyen de nous rendre maitre et possesseur de la nature. Toutefois, même si l’homme a créé un monde artificiel, la technique en tant que moyens d’action n’a-t-elle pas d’autres finalités ?

II. Technique : symbolisme et métaphysique


A. La technique est le symbole du pouvoir


Force est de constater que la technique resterait un mot abstrait s’il n’y avait pas un support matériel qui le réalise. Effectivement, les hommes du commun ne connaissent pas forcément les soubassements théoriques dans chaque objet technologique : c’est plutôt le prestige et le symbolisme qu’il renferme qui poussent les hommes à s’en procurer. Dans une société, les gestes et les comportements sont sujets à des interprétations en fonction des normes et des valeurs. Par conséquent, le symbolisme touche également les objets techniques. Autrement dit, ce ne sont plus de simples outils destinés à un usage défini, mais le signe extérieur d’une valeur donnée. Tout d’abord, l’objet technique est le signe d’une domination économique : les nouveaux moyens de production entraînent les hommes à idolâtrer la productivité. Ensuite, il est le signe d’une domination culturelle, car le progrès technique est désormais le critère d’une civilisation avancée. Et enfin, il est le symbole de la puissance militaire, la technologie devient le critère ultime pour hiérarchiser les pays. C’est ce qu’Alain a voulu exprimer dans Le citoyen contre les pouvoirs : « L’art Militaire donne quelques sentiments de la Cérémonie véritable par les Cérémonies préparatoires, qui font déjà sentir à l’Homme, par l’action et le spectacle, qu’Il est plus courageux qu’il ne croit ».

B. La technique renferme une connotation métaphysique


A l’instar d’ Heidegger, la philosophie met en avant la place prépondérante de la technique au centre de la réflexion contemporaine. Notons que la technique, avant même l’avènement du Logos en Grèce, avait déjà été répertoriée dans la mythologie grecque. Et au cours de l’histoire de la philosophie, les cercles de réflexion sur l’éthique et la responsabilité technique sont venus bien plus tard. Cela pour dire que la technique revêt un aspect beaucoup plus abstrait qu’on ne le pense, au même titre que l’art. C’est ainsi que Heidegger mentionne dans L’époque des conceptions du monde : « La technique mécanisée reste jusqu’ici le prolongement le plus visible de l’essence de la technique moderne, laquelle est identique à l’essence de la métaphysique moderne ». Ainsi, la technique est la manifestation d’une lacune dans la théorisation de l’Être. En d’autres termes, c’est la manière par laquelle l’homme affirme toute son humanité, en dehors des considérations abstraites ou morales. Selon Heidegger, c’est à travers la technique que la métaphysique aurait dû commencer le questionnement de l’Être.

La technique et la nature entretiennent un rapport antagoniste, ce qui légitime la pensée selon laquelle la technique a comme fin la maîtrise de la nature. L’intelligence humaine, qui est capable de créer des outils, est pourtant une faculté naturelle à l’homme. Au fil du temps, sa capacité se développe en prenant le nom modernisé de technologie, reculant progressivement les barrières de l’inconnu dans la nature. Mais l’ambition secrète qui nourrit cette envolée technologique repose sur la soif de confort et de dignité. Or, d’un point de vue philosophique et anthropologique, la technique est une pratique riche en sens. Non seulement l’objet technique est le support d’un symbolisme dans la société contemporaine, mais la technique révèle aussi une dimension métaphysique et mérite un retour dans le questionnement de l’oubli de l’Être. Devenir maître et possesseur de la nature renvoie à deux déclinaisons : dans la pratique, elle est le pouvoir de mettre en valeur le pouvoir humain sur la nature, mais dans l’histoire de la philosophie, elle sert à repenser l’humanité.
 






Retour aux explications et commentaires de textes pour le bac de français

biographie ernaux
 

Bacfrancais.com® Copyright 2021 - Tous
droits réservés. Toute reproduction complète ou partielle est formellement interdite. Les commentaires de texte, les fiches, les biographies sont la propriété de bacfrancais.com®