Les Confessions – L’incident du peigne

Jean-Jacques Rousseau, Les Confessions – L'incident du peigne

 

Introduction :

 

Le sujet est l'anecdote où il est puni alors qu'il proclame son innocence. Les thèmes de cet extrait sont l'injustice, la punition et la pauvreté de l'enfant. Nous étudierons alors l'anecdote du peigne brisé et de la punition, puis nous nous intéresserons aux conséquences à court terme avec le sentiment profond d'injustice et enfin nous verrons les conséquences à long terme et le sentiment toujours présent et le souvenir très vif.

 

I). Une anecdote vivante.

 

Le temps des verbes dans le premier paragraphe, toujours au présent de narration. On peut également observer que les phrases sont courtes et qu'il y a de nombreux détails dans ce paragraphe. On a le sentiment d'accumulation et on voit l'utilisation du champ lexical de l'émotion.

 

II). Un évènement fondateur.

 

Rousseau est héroïque. Les souvenirs de cette injustice sont encore très vifs alors que les faits se sont déroulés il y a plus de 50 ans. L'enfant pur, il n'a rien de mauvais en lui et surtout il n'a pas commis ce pour quoi il  a été puni.

On y voit ici l'origine de sa haine de l'injustice.

Ce paragraphe insiste particulièrement sur la négligence de l'aspect matériel, de la punition. Avec une très forte insistance sur les conséquences morales qu'a eu cette injustice sur l'enfant.

 

III). Expression d'un besoin de justification.

 

Il a besoin d'expliquer qu'il n'est pas coupable, il a besoin de proclamer son innocence. Il reste tout au long du texte sur la défensive, pour montrer qu'il est toujours marqué par un sentiment d'injustice qui ne faiblit pas malgré les années. Il veut prendre Dieu à témoin pour démontrer qu'il a raison et pour se sentir mieux, le fait de montrer qu'il est innocent lui permettra de ne plus avoir de rancoeur envers l'injustice. Il y a une forte répétition du mot innocent.

 

Conclusion :

 

C'est un discours sur l'origine et les fondements de l'inégalité parmi les hommes. Jean-Jacques Rousseau nous montre ici un enfant pur qui n'est pas coupable et qui a été perverti par la société car il a été puni.