Rimbaud : Les Corbeaux

  • Vous allez pouvoir accéder au commentaire composé du poème "Les Corbeaux" d'"Arthur Rimbaud".
  • Ce fichier contient un commentaire entièrement rédigé avec TROIS parties principales, une introduction, une conclusion.
  • PASSAGE : Poème en entier.
Extrait du commentaire :

Ce commentaire porte sur le poème Les Corbeaux d'Arthur Rimbaud publié dans La Renaissance littéraire et artistique en septembre1872. Arthur Rimbaud (1854-1891) fut l'un des poètes les plus précoces et les plus précurseurs de son temps, et est à l'origine de la poésie moderne. Il fait la connaissance en 1870 de Georges Izambard, un jeune professeur qui deviendra pour lui un père de substitution. Il l'initiera à la poésie, et Rimbaud écrira ses premiers poèmes notamment Ophélie et Soleil et Chair, qui révèlent une tendance parnassienne. Durant sa jeunesse, il fera une longue série de fugues pour s'éloigner de sa mère et de son village natal qui l'étouffent. A la suite de quoi il fut nommé « l'homme aux semelles de vent » par Verlaine, le voyageur qui a toujours voulu aller plus loin vers l'inconnu. Cette envie de voyager se répercute dans ses œuvres qui évoquent sans cesse la métamorphose ou le mouvement (l'aube, le départ…). Après avoir été attirée par le Parnasse, la poésie d'Arthur Rimbaud le rejette et devient de plus en plus sarcastique. Il exposera alors dans une lettre, la célèbre Lettre à Paul Demeny ou Lettre du Voyant, sa propre quête de la poésie : il veut se faire « voyant », par un « long, immense et raisonné dérèglement de tous les sens ». Elle montre la révolte du poète maudit, qui rejette l'éternel ordre des choses.

Il semblerait que le poème Les Corbeaux ait été écrit durant cette période, notamment à cause du thème de la défaite de la guerre franco-allemande de 1870. Ce poème est composé de quatre sixains d'octosyllabes à rimes embrassées suivies de rimes plates. Le registre y est pathétique car l'idée de la mort, omniprésente, est indissociable de celle de la défaite qui la notion est centrale du texte.

Tout d'abord nous évoquerons la défaite, à travers le double échec évoqué dans le poème, la défaite militaire de la guerre franco-allemande de 1870, mais aussi la défaite littéraire de Rimbaud. Ensuite nous nous intéresserons au thème de la mort, représenté par le paysage hivernal et les soldats morts. Enfin nous étudierons le devoir de commémoration incarné par les corbeaux, les anges noirs de la mort...

Poème étudié :

Seigneur, quand froide est la prairie,
Quand, dans les hameaux abattus,
Les longs angélus se sont tus...
Sur la nature défleurie
Faites s'abattre des grands cieux
Les chers corbeaux délicieux.

Armée étrange aux cris sévères,
Les vents froids attaquent vos nids !
Vous, le long des fleuves jaunis,
Sur les routes aux vieux calvaires,
Sur les fossés et sur les trous
Dispersez-vous, ralliez-vous !

Par milliers, sur les champs de France,
Où dorment des morts d'avant-hier,
Tournoyez, n'est-ce pas, l'hiver,
Pour que chaque passant repense !
Sois donc le crieur du devoir,
Ô notre funèbre oiseau noir !

Mais, saints du ciel en haut du chêne,
Mât perdu dans le soir charmé,
Laissez les fauvettes de mai
Pour ceux qu'au fond du bois enchaîne,
Dans l'herbe d'où l'on ne peut fuir,

La défaite sans avenir.

Arthur Rimbaud