bac francais  
resume barbier de seville
resume barbier de seville ACCUEIL resume barbier de seville LIENS UTILES resume barbier de seville NOUS CONTACTER  
resume barbier de seville
La Cantatrice chauve
 
Menu Principal
· Accueil
· Liens utiles
· Nous Contacter
· Plan du site

 
Ressources
· Autres commentaires
· Biographies
· Dissertations de philo
· Fiches de lecture
· Textes

 
Méthodologie
· La dissertation
· Le commentaire composé

 
Bac de français
· Annales du BAC
· Conseils pour l'écrit
· Conseils pour l'oral
· Dates du BAC 2009
· Résultats du BAC

resume barbier de seville
Document sans nom

EUGENE IONESCO, LA CANTATRICE CHAUVE : RESUME SCENE PAR SCENE

Scène I

Le soir, dans le salon de M. et Mme. Smith.
M. Smith parcourt le journal pendant que sa femme l'entretient du repas de la veille. Le couple échange des propos absurdes, incohérents : Mme Smith loue les vertus médicales du yaourt, M. Smith affirme qu'aucun médecin ne devrait survivre à son patient. D'ailleurs l'homme s'étonne que l'on connaisse l'âge des personnes décédés et jamais celui des nouveaux nés. Le couple se querelle au sujet d'une famille dont tous les membres portent le nom de Bobby Watson. Le désaccord ne dure pas. La pendule rythme leur conversation insensée en sonnant 7 fois, 3 fois, 5 fois et 2 fois.

Scène II

La bonne, Mary, interrompt le couple. Elle raconte son après midi qu'elle a passé au cinéma. Elle annonce l'arrivée  des Martin. M. et Mme Smith, mécontent du retard de leurs convives, se retirent pour aller s'habiller.

Scène III

Mary reproche aux invités leur retard. Elle les introduit dans le salon.

Scène IV

Le couple s'installe dans le salon. Ils affichent une attitude des plus curieuses : ils semblent ne pas se connaitre. En discutant, ils constatent de singulières coïncidences : tous deux sont originaires de la ville de Manchester, ils ont pris le même train et ont voyagés dans le même wagon, tous deux habitent Londres dans le même appartement. Ils dorment dans le même lit et ont une même petite fille.
Les Martins ébahis se reconnaissent alors comme mari et femme.

Scène V

Mary parait. Elle conteste ces heureuses retrouvailles. Les époux ne sont pas ce qu'ils pensent être. Pour preuve : la fille de Mme Martin a l'œil droit rouge et le gauche blanc tandis que la fille de M. Martin présente les caractéristiques contraires. Mary avoue être en réalité « Sherlock Holmès ».

Scène VI

Préférant ignorer la vérité, les Martin se réjouissent de s'être retrouvés et promettent de ne plus se séparer.

Scène VII

Les Smith et les Martin tentent d'engager une conversation avec grandes difficultés. L'embarras des couples est perceptible. Soudain la sonnette d'entrée retentit. Mme Smith va ouvrir mais ne trouve personne. Trois fois on sonne à la porte. Chaque fois il n'y a personne. Mme Smith conclue en tout légitimité que « lorsqu'on entend sonner à la porte, c'est qu'il n'y a jamais personne ». Ce raisonnement paradoxal est contesté par les convives. Un coup de sonnette interrompt la polémique. M. Smith va ouvrir. Il accueille le Capitaine des Pompiers.

Scène VIII

On interroge le capitaine : est-ce lui qui est à l'origine des coups de sonnette ? Le capitaine avoue avoir sonné deux fois, en revanche il n'a vu personne et ignore qui a sonné les deux fois précédentes. Le mystère reste entier.
Le Capitaine explique les raisons de sa visite : les incendies se raréfiant, il vient offrir ses services aux particuliers pour éteindre de potentiels feux. Il raconte plusieurs anecdotes absconses.

Scène IX

Mary reparait. Elle souhaite à son tour raconter une anecdote. Les Smith s'indignent de cette intervention, mais les Martin intercèdent en sa faveur. Mary, qui est une amie du Capitaine des pompiers, lui récite un poème en son honneur.

Scène X

Le Capitaine s'apprête à quitter les Smith. Le devoir l'appel : un incendie est prévu « dans trois quart d'heure et 16 minutes exactement ». Avant de sortir, il s'enquiert de la Cantatrice Chauve. Les convives semblent embarrassés par la question. Mme Smith rompt le silence en affirmant qu' « elle se coiffe toujours de la même façon ».

Scène XI

Une fois seuls, la conversation des Smith et des Martin reprend. Leurs longues phrases dépourvues de sens font place à des onomatopées. En proie à leur délire,  Ils finissent par répéter compulsivement « c'est pas par là, c'est par ici ! ». Chacun quitte la scène dans l'obscurité.

La lumière revient. M. et Mme Martin sont assis dans leur salon. Ils discutent. Les mêmes incongruités du début sont échangées. La pièce semble recommencer à nouveau...
 



biographie ernaux
 

Bacfrancais.com® Copyright - Tous
droits réservés. Toute reproduction complète ou partielle est formellement interdite. Les commentaires de texte, les fiches, les biographies sont la propriété de bacfrancais.com®