bac francais  
resume barbier de seville
resume barbier de seville ACCUEIL resume barbier de seville LIENS UTILES resume barbier de seville NOUS CONTACTER  
resume barbier de seville
la dispute
 
Menu Principal
· Accueil
· Liens utiles
· Nous Contacter
· Plan du site

 
Ressources
· Autres commentaires
· Biographies
· Dissertations de philo
· Fiches de lecture
· Textes

 
Méthodologie
· La dissertation
· Le commentaire composé

 
Bac de français
· Annales du BAC
· Conseils pour l'écrit
· Conseils pour l'oral
· Dates du BAC 2009
· Résultats du BAC

resume barbier de seville

Marivaux, La Dispute : résumé scène par scène


La dispute est une pièce de théâtre écrite en prose par Marivaux vers la fin de sa carrière littéraire et jouée pour la première fois en France en 1744. Elle se déroule en un acte composé de 20 scènes. L’action se passe dans une grande maison mystérieuse construite au fin fond de la forêt. Dans le cadre d’une expérience sociale, quatre bébés, deux garçons et deux filles ont été élevés là par un frère et sa soeur sans jamais pouvoir se voir. Le but de cet étrange scénario est de les faire se rencontrer un beau jour pour qu’ils tombent amoureux afin de découvrir si l’infidélité est quelque chose d’inné chez l’être humain et qui de l’homme ou de la femme en est le principal responsable.

Scène I : le rendez-vous galant du prince


Un prince conduit une femme dont il est amoureux jusqu’à une maison lointaine. Il l’a amené ici suite à un débat au sujet de l’infidélité auquel ils ont participé la veille. La femme en question se prénomme Hermiane.

Scène II : le monologue du prince


Le prince explique à Hermiane qu’elle s’apprête à assister aux résultats d’une expérience destinée à déterminer définitivement l’origine de l’infidélité. Quatre nourrissons, deux garçons et deux filles ont été transportés entre les murs de cette demeure par le père du prince il y a bien longtemps. Élevés par un frère et une soeur à la peau noire, ils ne se sont jamais vu et vont se rencontrer ce jour-là pour la première fois. Le prince pense que ces conditions de vie particulières vont faire naître un amour pure et instantané entre ces gens ainsi que d’éventuelles tentations infidèles.

Scène III : le reflet dans le ruisseau


Églé, l’une des deux filles enfermées dans la maison sort dehors pour la première fois de sa vie. Elle est accompagnée par Carise, son éducatrice. Elle aperçoit son visage qu’elle n’avait jamais vu auparavant se refléter dans l’eau d’un ruisseau. Sa beauté la fascine.

Scène IV : la rencontre


Un garçon qui s’appelle Azor sort de la maison à son tour, lui non plus n’avait jamais mis les pieds à l’extérieur. Il tombe fou amoureux d’Eglé à la seconde où il la voit. Elle l’aime aussi et lui tend ses mains pour que son prétendant puisse les embrasser.

Scène V : le bouleversement émotionnel


Églée à l’air d’être toute chamboulée par ce qu’elle vient de vivre. Ses deux éducateurs Carise et Mesrou le remarquent et l’interrogent sur ce qu’elle ressent réellement. Ils lui expliquent le pourquoi de cette attirance incontrôlable en lui indiquant qu’elle est faite pour aimer les hommes.

Scène VI : le curieux conseil


Azor et Eglé sont émerveillés par leur amour naissant. Cependant, leurs professeurs leur donnent un conseil inattendu. Selon eux, mieux vaut se séparer pour quelque temps pour créer le manque et ne pas laisser la flamme s’éteindre à cause de l’habitude. Les deux partenaires s’opposent fermement à cette théorie mais Carise et Mesrou insistent et leur tendent des portraits d’eux pour qu’ils puissent conserver un souvenir de l’autre pendant la séparation. Azor accepte mais Eglé préfère prendre un miroir pour se contempler elle-même.

Scène VII : la séparation


Églé s’admire dans le miroir, Azor la rejoint, ils s’embrassent. Ils hésitent à appliquer le conseil qu’ils viennent de recevoir mais finissent par s’y résoudre. Azor s’en va en pleurant forcé par Églé qui a peur qu’il se lasse d’elle.

Scène VIII : les regrets


Églé se dit qu’elle n’aurait peut-être pas dû écouter Carise et Mesrou car Azor lui manque énormément. Tout en continuant de fixer son reflet, elle finit par considérer impossible l’idée que le jeune homme en vienne un jour à ne plus aduler son visage qu’elle trouve si magnifique.

Scène IX : duel de narcissiques


Un troisième sujet de l’expérience arrive et vient troubler la solitude d’Églé, c’est Adine, la deuxième fille qui vient également de rencontrer un garçon qui se nomme Mesrin. Les deux jeunes femmes ont un comportement très similaire, elles ne pensent qu’à se regarder dans le miroir. Elles se détestent. Se voyant uniquement comme des rivales, elles se font des compliments à elles-mêmes tout en critiquant aveuglément l’apparence de l’autre.

Scène X : la médiation


Églé et Adine continuent de se disputer en s’attaquant inlassablement sur leur physique. Carise essaye de les réconcilier mais rien n’y fait. Elles commencent même à se chamailler à propos des garçons.

Scène XI : brève transition


Cette scène est très courte. Carise conseille à Adine de ne pas trop prendre à coeur les mots prononcés par Eglé mais cette dernière ne prête pas vraiment attention à la recommandation de son éducatrice. Elle n’a qu’une seule idée en tête : aller s’entretenir avec Mesrin.

Scène XII : commérages


Adine s’épanche auprès de son amoureux sur l’altercation qu’elle vient d’avoir avec Églé. Elle cherche d’abord à se rassurer en lui demandant de la complimenter sur sa beauté personnelle ce que Mesrin s’empresse de faire puis se met à dénigrer sa rivale. Elle dresse un portrait d’elle complètement faussé et demande à celui qui l’aime d’aller se moquer de la supposée laideur de la jeune femme.

Scène XIII : une franche camaraderie


Mesrin part à la recherche d’Églé mais tombe sur Azor qui passait par là. Se voyant pour la première fois, les deux garçons s’apprécient tout de suite et s’aperçoivent qu’ils ne sont attirés l’un vers l’autre par aucun élan amoureux. Ils découvrent l’amitié en se racontant leurs histoires de coeur.

Scène XIV : un ami trahi


Tandis qu’ils cheminent ensemble, Mesrin et Azor croisent la route d’Églé. Le premier se rend compte qu’Adine lui a menti sur son physique tandis que le second se met à couvrir de baisers la main de sa dulcinée. Jaloux, Mesrin attrape l’autre main de cette créature qu’il trouve divine et fait de même. Églé ne semble pas indifférente à cette caresse et paraît même délaisser son ancien amoureux au profit du nouvel arrivant.

Scène XV : deux amours


Églé est totalement perdue. Elle est tiraillée entre son attirance pour Mesrin et la fidélité qu’elle doit à Azor. Elle est révoltée contre latitude de son partenaire officiel qui a refusé de laisser son camarade lui embrasser la main. Carise l’informe que ses envies libertines sont déplacées.

Scène XVI : la tromperie


Carise et Mesrou essayent d’empêcher Mesrin et Églé de commettre l’irréparable mais en vain. Les deux jeunes gens s’avouent leur attirance mutuelle et décident d’abandonner leurs précédentes conquêtes pour vivre leur idylle au grand jour. Bien entendu, Églé est ravie de jouer ce mauvais tour à Adine.

Scène XVII : une réaction inattendue


En voyant Azor s’approcher d’eux d’un air triste, le nouveau couple commence à culpabiliser. Ils lui révèlent tout d’eux l’infidélité d’Églé mais sont surpris de la réaction du jeune homme. Au lieu de se lamenter, il sourit gaiement et s’éloigne sans rien dire.

Scène XVIII : un énième retournement de veste


Vexée par l’indifférence affichée par Azor, Églé tente de le rattraper pour qu’il s’explique. Elle ne comprend pas comment cet homme arrive à se détacher d’elle si facilement. Carise et son frère Mesrou éclatent de rire face à cette situation ubuesque.

Scène XIX : le méli-mélo


Tous ces infortunés personnages finissent par se retrouver réunis au même endroit. Comme on l’avait deviné, Azor a lui aussi succombé aux charmes d’Adine ce qui fait qu’au cours de la journée, l’ensemble des protagonistes de cette pièce ont trompé puis ont ensuite été trompés par quelqu’un.

Scène finale : indignation


L’invitée du prince ne supporte plus de rester silencieuse face à ce spectacle affligeant, elle entre en scène pour y mettre fin. Un troisième couple fait alors son apparition. Carise et Mesrou font tout pour les faire tomber eux aussi dans la frivolité en leur suggérant de s’intéresser aux attirants personnages de la pièce. Les nouveaux venus refusent de succomber à la tentation et font la démonstration que les relations monogames ne sont pas toutes vouées à l’échec.

Le prince est son amie en concluent que l’infidélité n’est ni féminine ni masculine mais que les torts sont partagés par les deux sexes.
 






Retour aux explications et commentaires de textes pour le bac de français

biographie ernaux
 

Bacfrancais.com® Copyright - Tous
droits réservés. Toute reproduction complète ou partielle est formellement interdite. Les commentaires de texte, les fiches, les biographies sont la propriété de bacfrancais.com®