Denis Diderot

Diderot, Le Neveu de Rameau, Mais quel âge a votre enfant ?

« Une chaîne d’acier qu’une guirlande dérobe à nos yeux  » (Goethe-1815) – Antithèse de l’acier et de la guirlande.

Texte argumentatif : répétitions nombreuses.

Situation

Fil conducteur

Avoir été chassé de chez Bertin.
Les pantomimes (en parallèle avec le dialogue).

C’est la première fois que le neveu passe à l’attaque et prend l’ascendant sur le philosophe. C’est lui qui pose les questions. Le neveu montre au philosophe qu’il était comme lui avant : il donnait des cours de Maths sans réellement y connaître grand chose : Les rôles sont basculés (originalité).

On assiste ici à un dialogue aporétique : sans conclusion, sans vainqueur ni vaincu. Le neveu vient de déstabiliser le philosophe et en profite pour l’attaquer. Ce dernier est obligé d’avouer que c’est sa femme qui s’occupe de l’éducation de sa fille. (Elle a 8 ans tout comme la fille de Diderot à cette époque).

Le philosophe est nerveux et méfiant, il élude la question qui entête le neveu (tenace). Inversement des rôles : seul le neveu jurait. Le philosophe se défend mal. Il accepte finalement une discussion d’égal à égal.

l 6-7 : Présent de vérité générale et 3ème personne. Le neveu est têtu comme un âne : il critique et complimente le philosophe, se tient à ses idées. Le comique de geste est suggéré :  » Huit ans! « .

l 7-9 : Insolence et ironie : Excès de politesse (L’excès de politesse tue la politesse). Le neveu mime  » l’esclave servile  » (bouffonnerie). Le philosophe est touché : il le classe parmi les maîtres, il s’avoue vaincu et répond à la question.

l 11 : Reprise de l’âge. Comique : proportion énorme : 4 ans (moitié). Le  » cela  » est péjoratif, touchant, et affectueux. C’est une réaction de musicien, pas d’intention de provocation.

l 13-15 : Prudence du philosophe qui est sage : opposition au côté sûr de lui du Neveu. Référence à Rabelais et aux idéaux humanistes. On doit accorder une grande place à la morale et aux sciences.

l 15 : Phrase symétrique. Le philosophe ramène tout à la morale et aux sciences. Il est conformiste sauf sur le plan de la femme : alors que le neveu la considère comme un objet. Un grand intérêt est donné à l’éducation.

l 16 : Ironie :  » S’il vous plaît  » : Question directe ? Réponse en 2 temps : 2 buts : apprendre à raisonner / à supporter l’adversité = sorte de stoïcisme. Le philosophe dit que chacun de ces deux buts s’exerce contre la nature et la société : la nature est insuffisante. La nature est ingrate : constitution forte mais cœur sensible. L’éducation consiste à compléter ce qu’a donné la nature.

 » Si je puis  » : Modestie qui énerve le Neveu. Rythme ternaire présent 2 fois : l31-22 ? Ironie.

La 2ème réplique est plus méchante que la première. Analyse des types de femmes de la classe élevée de la société : gradation entre les répliques. Portrait de la société bourgeoise et aristocratique du 18ème siècle. Le neveu est conservateur alors qu’il a des mœurs libres. Le philosophe fait évoluer l’éducation alors qu’il était conservateur ? Inversion des rôles.

Répétition en écho ternaire des questions : l 36-39-31. Questions ironiques et beaucoup plus concrètes.

Réponse logique, mesure : Il faut que ce qu’elle apprenne lui serve. Le temps d’apprentissage doit varier en fonction de l’utilité. Ce qui contredit ce programme, c’est le côté terre à terre dans une société frivole. Le philosophe veut éduquer sa fille même si dans la société, cela ne servira à rien. Le neveu, plus logique, propose comme éducation d’une femme que ce que la société demande.

Le neveu veut poser une dernière question mais le philosophe lui coupe la parole et énumère toutes les matières : énumération lourde, laborieuse, pesante, conventionnelle et complètement décalée avec ce qu’il vient de dire, c’est à dire qu’il voulait faire de sa fille une mondaine.

Jugement du neveu :  » inutilité des dangers des connaissances  » : Il est lucide et cynique sur la décadence du monde. Il faut adapter l’enfant au monde tel qu’il est.

Conclusion

Art du dialogue : vivacitéironiecaractères différents mis en présenceTonalités. Le neveu n’est d’accord ni avec la thèse de Rousseau (qui dit que la nature est source de toutes les vertus) ni avec son antithèse (qui dit que la femme n’est que le produit de la société). Il mesure les produits de ces deux facteurs.

Du même auteur Diderot, Le Neveu de Rameau, Résumé Diderot et d'Alembert, Encyclopédie, Articles réfugiés Diderot, Le Neveu de Rameau, Débat sur la façon de s'enrichir Diderot, Supplément au voyage de Bougainville, Chapitre II, Les Adieux du vieillard Diderot, Jacques le fataliste et son maître, Résumé Diderot, Article, Autorité Politique Diderot, Le Neveu de Rameau, La pantomime des gueux Diderot, La Religieuse, Résumé Diderot, Encyclopédie, Autorité Politique Diderot, Le Neveu de Rameau, De l'Or

Tags

Commentaires

0 commentaires à “Diderot, Le Neveu de Rameau, De l’Or”

Commenter cet article

Ads Blocker Image Powered by Code Help Pro

Bloqueur de publicité détecté

Nous avons détecté que vous utilisez un bloqueur de publicités. Ce site est 100% gratuit et financé grâce à la publicité, merci de désactiver votre logiciel afin de pouvoir y accéder.