François Rabelais

Rabelais, Gargantua, Chapitre 57

Introduction

Au début du 16ème siècle en Europe, apparaît un mouvement philosophique, artistique, et littéraire : l’Humanisme. Bien que revendiquant le fait d’être le seul mouvement n’ayant pas de manifeste, Gargantua de Rabelais pourrait être considéré comme tel.

Le Chapitre 57 présente la vie à l’Abbaye de Thélème que Gargantua a faite construire selon le goût de Frère Jean, pour le remercier de son aide lors de la crise piccrocholine. Dans ce texte argumentatif, Rabelais donne un modèle d’éducation qui d’une part assume un héritage, mais d’autre part apporte une nouvelle vision. Le chapitre se présente donc plutôt comme une utopie.

I. Une éducation qui assume un héritage

a. La chevalerie du Moyen Age

Les thélémistes sont comparés à des chevaliers.

La chasse des dames.

Élite noble.

Vocabulaire du Moyen Age présent ‘palefroi’ …

b. Héritage chrétien

Une abbaye :

Une vie commune.

Une règle paradoxale : ‘Aime Dieu et fais ce que tu veux’ (Saint Augustin)

c. Un héritage de l’Antiquité

Traités de morale et de rhétorique : par le vocabulaire du vice et de la vertu

Traité de l’amitié : ‘L’amitié est la chose qui conduit le mieux au bien’ (Cicéron)

Transition :

? Un héritage de son temps : chrétien ( + ou – involontaire)
? Héritage antique : Que Rabelais a dû aller chercher.

II. Une nouvelle éducation

a. Absence de règle

Liberté totale, libre arbitre, pas de règlement.

b. L’expression du désir et du plaisir

Qui amènent au Bien (Les fonctions vitales ne sont pas remplies).

c. L’importance de la communauté

Le style : les nombreuses répétitions, la symétrie, alternance « un » – « tous ».

d. La liberté – le choix = des valeurs nouvelles

Les différentes activités dans la journée.

La possibilité de se marier :choix de l’autre.

e. Religion

Satire de la religion : les 3 vœux reniés.

Transition : Rabelais réconcilie le choix libre et le choix raisonnable.

III. Une utopie

a. Un paradoxe

Nul ne les oblige à faire quoi que ce soit : absolu de liberté individuelle et de vie communautaire.

Paradoxe de la devise : ‘Obligé à être libre’. (Impératif + Proposition) (Fais ce que tu voudras!)

b. Un héritage complet ? Sans Dieu ni foi ?

Le thème de la religion brille par son absence.

c. Thélem : mélange de réalisme et d’utopie (lieu inventé)

Lieu parfait (architecture au chapitre 52).

Conclusion

Comme d’autres humanistes au 16ème siècle, Rabelais présente, à l’échelle de quelques chapitres, une utopie de l’éducation.

Rabelais, quoique dressant une sévère satire de la religion, montre la complexité de son idéal, partagée en passé et futur, qu’il ne peut retrouver que dans une utopie. Ce mode de texte argumentatif était très utilisé au 16ème siècle, avec Thomas More : « Utopia » et laisse une empreinte sur le 17ème siècle. Voltaire: Chapitre sur l’Eldorado et « Candide« , ou encore l’aventure Indienne.

Du même auteur Rabelais, Gargantua, Chapitre 46 Rabelais, Gargantua, Prologue Rabelais, Gargantua, Chapitre 27 Rabelais, Gargantua, Chapitre 23, La bonne éducation Rabelais, Pantagruel, Lettre de Gargantua à son fils Pantagruel Rabelais, Gargantua, Résumé chapitre par chapitre Rabelais, Pantagruel, Résumé par chapitre Rabelais, Gargantua, Synthèse

Tags

Commentaires

0 commentaires à “Rabelais, Gargantua, Synthèse”

Commenter cet article

Ads Blocker Image Powered by Code Help Pro

Bloqueur de publicité détecté

Nous avons détecté que vous utilisez un bloqueur de publicités. Ce site est 100% gratuit et financé grâce à la publicité, merci de désactiver votre logiciel afin de pouvoir y accéder.