Montesquieu

Montesquieu, Lettres Persanes, Lettre XII, Le mode de vie des Troglodytes

Texte étudié

Usbek au même, à Ispahan

Tu as vu, mon cher Mirza, comment les Troglodytes périrent par leur méchanceté même, et furent les Victimes de leurs propres injustices. De tant de familles, il n’en resta que deux qui échappèrent aux malheurs de la Nation. Il y avait dans ce pays deux hommes bien singuliers : ils avaient de l’humanité ; ils connaissaient la justice ; ils aimaient la vertu. Autant liés par la droiture de leur cœur que par la corruption de celui des autres, ils voyaient la désolation générale, et ne la ressentaient que par la pitié : c’était le motif d’une union nouvelle. Ils travaillaient avec une sollicitude commune pour l’intérêt commun ; ils n’avaient de différends que ceux qu’une douce et tendre amitié faisait naître ; et, dans l’endroit du pays le plus écarté, séparés de leurs compatriotes indignes de leur présence, ils menaient une vie heureuse et tranquille. La terre semblait produire d’elle?même, cultivée par ces vertueuses mains.

Ils aimaient leurs femmes, et ils en étaient tendrement chéris. Toute leur attention était d’élever leurs enfants à la vertu. Ils leur représentaient sans cesse les malheurs de leurs compatriotes et leur mettaient devant les yeux cet exemple si triste ; ils leur faisaient surtout sentir que l’intérêt des particuliers se trouve toujours dans l’intérêt commun ; que vouloir s’en séparer, C’est vouloir se perdre ; que la vertu n’est point une chose qui doive nous coûter ; qu’il ne faut point la regarder comme un exercice pénible ; et que la justice pour autrui est une charité pour nous.

Ils eurent bientôt la consolation des pères vertueux, qui est d’avoir des enfants qui leur ressemblent. Le jeune peuple qui s’éleva sous leurs yeux s’accrut par d’heureux mariages : le nombre augmenta, l’union fut toujours la même ; et la vertu, bien loin de s’affaiblir dans la multitude, fut fortifiée, au contraire, par un plus grand nombre d’exemples.

Qui pourrait représenter ici le bonheur de ces Troglodytes ? Un peuple si juste devait être chéri des dieux. Dès qu’il ouvrit les yeux pour les connaître, il apprit à les craindre, et la religion vint adoucir dans les moeurs ce que la nature y avait laissé de trop rude.

Ils instituèrent des fêtes en l’honneur des dieux : les jeunes filles ornées de fleurs, et les jeunes garçons les célébraient par leurs danses et par les accords d’une musique champêtre. On faisait ensuite des festins où la joie ne régnait pas moins que la frugalité. C’était dans ces assemblées que parlait la nature naïve ; c’est là qu’on apprenait à donner le cœur et à le recevoir ; c’est là que la pudeur virginale faisait en rougissant un aveu surpris, mais bientôt confirmé par le consentement des pères ; et c’est là que les tendres mères se plaisaient à prévoir de loin une union douce et fidèle.

On allait au temple pour demander les faveurs des dieux ; ce n’était pas les richesses et une onéreuse abondance : de pareils souhaits étaient indignes des heureux Troglodytes ; ils ne savaient les désirer que pour leurs compatriotes. Ils n’étaient au pied des autels que pour demander la santé de leurs pères, l’union de
leurs frères, la tendresse de leurs femmes, l’amour et l’obéissance de leurs enfants. Les filles y venaient apporter le tendre sacrifice de leur cœur, et ne leur demandaient d’autre grâce que celle de pouvoir rendre un Troglodyte heureux.

Le soir, lorsque les troupeaux quittaient les prairies, et que les boeufs fatigués avaient ramené la charrue, ils s’assemblaient, et, dans un repas frugal, ils chantaient les injustices des premiers Troglodytes et leurs malheurs, la vertu renaissante avec un nouveau peuple, et sa félicité. Ils célébraient les grandeurs des dieux, leurs faveurs toujours présentes aux hommes qui les implorent, et leur colère inévitable à ceux qui ne les craignent pas ; ils décrivaient ensuite les délices de la vie champêtre et le bonheur d’une condition toujours parée de l’innocence. Bientôt ils s’abandonnaient à un sommeil que les soins et les chagrins n’interrompaient jamais.

La nature ne fournissait pas moins à leurs désirs qu’à leurs besoins. Dans ce pays heureux, la cupidité était étrangère : ils se faisaient des présents où celui qui donnait croyait toujours avoir l’avantage. Le peuple troglodyte se regardait comme une seule famille ; les troupeaux étaient presque toujours confondus ; la seule peine qu’on s’épargnait ordinairement, c’était de les partager.

D’Erzeron, le 6 de la lune de Gemmadi 2, 1711.

Introduction

Les Lettres persanes sont un moyen pour Montesquieu de faire passer des idées critiques sur la société : deux voyageurs écrivent à des amis sur ce qu’ils voient, observent.

C’est un roman épistolaire, roman très à la mode à l’époque.

L’Orient est alors très à la mode également.

Ainsi Montesquieu est sûr d’être lu et de faire passer ses idées.

Les Lettres 11 à 14 relatent l’histoire des Troglodytes (fable).

Note : Les Troglodytes sont des personnes qui habitent une grotte ou une demeure creusée dans la roche.

I. Les principes de la société des Troglodytes

Le principe fondamental de cette société est la vertu (le terme revient six fois pendant la lettre). Elle est mise en pratique à chaque moment de la vie : dans le travail, l’éducation …
Second principe : la solidarité et l’union du peuple qui reposent sur la justice : mouvement ternaire lignes 3/4 (solennité, insistance), « liés par la droiture », « union », « sollicitude commune pour l’intérêt commun », « justice ».
Troisième principe : Le rôle de la famille. Ces deux familes vont être la base d’une nouvelle société. Son unité est assurée par « d’heureux mariages ».
L’image des familles unies s’oppose au libertinage régnant en France à cette époque (XVIIIème siècle).
Les parents s’attachent eux-mêmes à éduquer leurs enfants : inculquer de vrais valeurs, montrer les personnes n’ayant pas respecté ces principes (les mauvais Troglodytes).
Quatrième principe : La religion. On remet ici en question le clergé et la religion. Montesquieu montre que la religion et le bonheur ne sont pas incompatibles. La religion soude cette communauté et les renforce dans l’application de ses valeurs. Elle sert de lien entre la vertu et le bonheur.
Cinquième principe : Le travail de la terre. A cette époque, 80% de la population française vit dans un milieu rural. Ici, la terre nourrit ceux qui la travaillent. Elle rassemble la communauté car on la cultive ensemble.
Sixième principe : Vie en otarcie (communauté qui vit repliée sur elle-même). La communauté veut se protéger des autres. Elle fonctionnera seulement si elle est séparée des autres.

II. Conséquences de l’application de ces principes

Les plaisirs d’une vraie vie familiale (amour conjugal) ;
La paix ;
L’amitié ;
L’égalité ;
Une conscience en paix ;
Les joies de s’occuper de leurs enfants ;
Pas de soucis matériels (hymne au travail).

Bénéfique :

Un bonheur simple (l’amitié, la vie familiale). Ligne 8 : « Ils menaient une vie heureuse et tranquille ». Ils n’ont pas de besoins extraordinaires ; ils n’ont aucun soucis matériels : « la terre semblait produire d’elle-même » (Ligne 9). Ils travaillent ensemble, ne se jalousent pas : donc la terre les récompense.
Joies de la vie familiale : vie familiale épanouie ; l’amour se pratique au sein du mariage ; réciprocité des sentiments : Ligne 10, « ils aimaient … ils en étaient tendrement chéris ».
Plaisir de l’amitié = plaisir d’une vie sociale agréable.
« chéris des Dieux » : ils ont la protection divine. Le terme « chéris » est fort (superlatif) pour appuyer ce point.

Conclusion

Les bons Troglodytes ont trouvé le bonheur parce qu’ils sont vertueux et altruistes (contraire de égoïstes). Ils ont surtout compris qu’il fallait faire passer l’intérêt commun avant l’intérêt particulier.
Montesquieu utilise l’apologue des Troglodytes pour critiquer implicitement la société de son temps.
Voltaire, Rousseau et Diderot reprendront les mêmes thèmes.

Du même auteur Montesquieu, Lettres Persanes, Lettre XXIV Montesquieu, Lettres Persanes, Lettre XIII, La guerre des Troglodytes Montesquieu, De l'esprit des Lois, Livre VIII, Chapitre 6 et 7, De la corruption du principe de la Monarchie Montesquieu, Des principes des trois Gouvernements, Livre III, Chapitre 3, Du principe de la Démocratie Montesquieu, De l'esprit des Lois, Livre VIII, Chapitre 2, De la corruption du principe de la Démocratie Montesquieu, L'Esprit des lois, De l'esclavage des nègres, Chapitres XV Montesquieu, De l'esprit des Lois, XV, 5, De l'esclavage des nègres, Si j'avais à soutenir... Montesquieu, Lettres Persanes, Lettre XIV Montesquieu, De l'esprit des Lois, XI, 6 De la Constitution d'Angleterre Montesquieu, Éloge de la Sincérité, Début de la Seconde partie, De la sincérité par rapport au commerce des grands

Tags

Commentaires

0 commentaires à “Montesquieu, Éloge de la Sincérité, Début de la Seconde partie, De la sincérité par rapport au commerce des grands”

Commenter cet article