Jean Anouilh

Anouilh, Antigone, Antigone et Le Garde

Texte étudié

ANTIGONE

Il faut être sergent pour être garde ?

LE GARDE

En principe, oui. Sergent ou avoir suivi le peloton spécial. Devenu garde, le sergent
perd son grade. Un exemple : je rencontre une recrue de l’armée, elle ne peut pas me
saluer.

ANTIGONE

Ah oui ?

LE GARDE

Oui. Remarquez que, généralement, elle le fait. La recrue sait que le garde est un
gradé. Question solde : on a la solde ordinaire du garde, comme ceux du peloton spécial,
et, pendant six mois, à titre de gratification, un rappel de supplément de la solde de
sergent. Seulement, comme gardes, on a d’autres avantages. Logement, chauffage,
allocations. Finalement, le garde marié avec deux enfants arrive à se faire plus que le
sergent de l’active.

ANTIGONE

Ah oui ?

LE GARDE

Oui. C’est ce qui vous explique la rivalité entre le garde et le sergent. Vous avez peut-être
pu remarquer que le sergent affecte de mépriser le garde. Leur grand argument,
c’est l’avancement. D’un sens, c’est juste. L’avancement du garde est plus lent et plus
difficile que dans l’armée. Mais vous ne devez pas oublier qu’un brigadier des gardes,
c’est autre chose qu’un sergent chef.

ANTIGONE, lui dit soudain.

Écoute…

LE GARDE

Oui.

ANTIGONE

Je vais mourir tout à l’heure.

Le garde ne répond pas. Un silence. Il fait les cent pas. Au bout d’un moment, il reprend.

LE GARDE

D’un autre côté, on a plus de considération pour le garde que pour le sergent de
l’active. Le garde, c’est un soldat, mais c’est presque un fonctionnaire.

ANTIGONE

Tu crois qu’on a mal pour mourir ?

LE GARDE

Je ne peux pas vous dire. Pendant la guerre, ceux qui étaient touchés au ventre, ils
avaient mal. Moi, je n’ai pas été blessé. Et, d’un sens, ça m’a nui pour l’avancement.

ANTIGONE

Comment vont-ils me faire mourir ?

LE GARDE

Je ne sais pas. Je crois que j’ai entendu dire que pour ne pas souiller la ville de votre
sang, ils allaient vous murer dans un trou.

ANTIGONE

Vivante ?

LE GARDE

Oui, d’abord.

Un silence. Le garde se fait une chique.

ANTIGONE

O tombeau ! O lit nuptial ! O ma demeure souterraine !… (Elle est toute petite au milieu
de la grande pièce nue. On dirait qu’elle a un peu froid. Elle s’entoure de ses bras. Elle
murmure.) Toute seule…

Introduction

La Grèce Antique par l’intermédiaire de ses poètes et dramaturges, nous a transmis un grand nombre de légendes. Les anciens ont, en effet, exprimé à travers d’histoires familiales de grandes idées telles que les rapports entre l’homme et son destin, le bonheur, la justice. Ainsi ont été composées des tragédies inscrites dans certains cycles comme Oedipe roi et Antigone de Sophocle dans le cycle des Labdacides.

Nous nous demanderons pourquoi dans cette scène nous pouvons affirmer qu’il n’y a pas de dialogue.

Pour cela, nous étudierons les préoccupations et comportements de chaque personnage : Antigone puis le garde.

I. Préoccupations et comportements d’Antigone

« il faut être sergent pour être garde ? » : elle s’adresse bien au garde, elle semble avoir de l’intérêt pour lui.

« ah oui ? » : on se rend compte qu’en fait elle n’a pas de véritable intérêt, elle aurait pu demander des explications par rapport à la réplique du garde. Elle refuse de s’engager au-delà dans la conversation.

« lui dit soudain » : Antigone paraît être ailleurs, soudaineté du propos montre qu’elle sort de sa torpeur, de sa réflexion. Elle n’a rien à voir avec ce que dit le garde.

Antigone s’interroge sur sa mort :

– « tu crois qu’on a mal pour mourir » : douleur par rapport à la mort.

– « comment vont-ils me faire mourir ? » : moyen de sa mort.

– « vivante ? » : façon dont-ils vont la faire mourir.

Antigone est un personnage socialement élevé.

« Ô tombeau ! Ô lit nuptial ! Ô ma demeure souterraine » : anaphore + gradation : outils de l’éloge, presque admiration de la mort # discours vulgaire du garde.

Tirade reprise de la tragédie de Sophocle.

« lit nuptial » : peut avoir 2 sens : – mariage entre la mort et Antigone ou évocation de la mort d’Hémon ?> apaisement, exaltation.

« elle est toute petite au milieu de la grande pièce nue »: montre à quel point Antigone est seule contre tous, abandonnée : « elle s’entoure de ses bras » : attitude qui lui fait parvenir un état initial presque prénatal, attitude de repli absolu.

« murmure » : révèle l’abandon, la solitude qui s’empare du personnage.

? Personnage qui se fait beaucoup de souci, a des angoisses quant à sa mort très proche, se pose beaucoup de questions et suit le destin que le prologue avait prédit, seule contre tous, personnage tragique.

II. Préoccupations et comportements du garde

« en principe, oui… me saluer » : réponse du garde à la question d’Antigone, il cherche à approfondir et maîtrise bien son sujet, se sent concerné, réponse très satisfaisante.

« oui…, sergent de l’active » : façon pour le garde de meubler cet espace, façon de se tenir compagnie, c’est quelqu’un qui s’engouffre dès qu’il peut prendre la parle, souci du détail.

– « question solde » enchaîne sur un autre sujet, jeu de question, réponse avec lui-même, personnage obsédé par son avancement. Il n’est présent que quand son discours le concerne.

– « seulement… logement » : accumulation des informations, monologue bien organisé, « allocation, chauffage, logement », préoccupations pécuniaires et non pécuniaires (matérielles), anachronisme, absence de tragédie antique mais plutôt comédie bourgeoise, vaudeville.

– « finalement… » fin de la démonstration.

« on se fait plus » : langage familier, 20ème siècle.

CCL : mieux vaut être garde pour être sergent (tout un paragraphe pour ne dire que çà).

« vous avez » : prend à témoin Antigone qui ne l’écoute pas.
« leur grand argument » : ne maîtrise pas la langue, plan syntaxique non correct, devrait être « son »: culture et intelligence très limitées.

« le garde ne répond pas », « silence », « au bout d’un moment »: absence de question donc de réponse, personnage embarrassé, impossibilité du dialogue.

« fait les 100 pas » : double interprétation : – gène, embarras ou réflexion ce qui révèle immobilité un échange qui n’avance pas.

« d’un autre côté… » : il reprend sa démonstration comme si il n’y avait rien eu alors qu’Antigone vient de lui annoncer sa mort, le garde est aux ordres de Créon, il n’a pas d’État d’âme, très préoccupé par son métier, son discours se prolonge alors qu’Antigone le sollicitait : « écoute ».

« c’est presque un fonctionnaire » : pour lui c’est le maximum, c’est son aspiration la plus forte, il a une vie et un avenir monotone.

« je ne peux pas vous dire »: ça devrait s’arrêter là, on ne peut pas répondre tant qu’on est pas mort mais il continue.

Contradiction, paradoxe d’un personnage qui reconnaît ne rien avoir à dire mais qui ne peut s’empêcher de parler.

– égocentrisme : « moi, je » redondance.
– « ça » familier.

« je ne sais pas » mais continue quand même.

« je crois que j’ai entendu dire » : il prend des préoccupations, ne s’implique pas, il ramène une rumeur de façon hésitante.

« pour ne pas souiller la ville de votre sang » : manque de tact, rappelle à Antigone qu’elle ne doit pas devenir une martyre.

Très irrespectueux d’Antigone qui apparaît comme quelqu’un qui ne doit pas être reconnu. Il précise la faute, le péché qu’elle incarne.

« le garde se fait un chique » : ignorance du garde qui a une toute autre préoccupation que celle d’Antigone, désintérêt total.

« qui a fini sa chique » : continue ce qu’il a à faire et reprend le propos qui était le sien ? portrait d’un personnage rustre, sans éducation.

« aux casernes du Hadès… sergent de l’active »: il n’y avait pas de question mais reprend quand même , il se plaint de sa condition alors qu’Antigone va mourir.

? insensibilité absolue du garde qui incarne peut être la société égoïste et qui n’a que des préoccupations matérielles. Peut être une allusion aux gardes du régime nazi.

Conclusion

En conclusion, on remarque une opposition de 2 caractères et 2 mondes qui se rencontrent. Antigone préoccupée par sa mort proche et soucieuse.

Du même auteur Anouilh, Antigone, Résumé Anouilh, Antigone, Le Monologue du Choeur Anouilh, Le Loup, La Louve et Les Louveteaux Anouilh, Antigone, Antigone face à Créon : 1er passage Anouilh, Antigone, Le Monologue du Chœur (Commentaire 2) Anouilh, Antigone, Antigone face à Créon, 2ème Face à Face

Tags

Commentaires

0 commentaires à “Anouilh, Antigone, Antigone face à Créon, 2ème Face à Face”

Commenter cet article