Voltaire

Voltaire, Micromégas, Chapitre 7

Passage étudié

Chapitre 7 en entier

Introduction

Vers 1730 : période optimiste de Voltaire.

Ethymologie de Micromégas : petit + grand = réflexion sur la relativité des proportions.

C’est un conte philosophique : c’est un voyage imaginaire aux intentions didactiques pour faire réfléchir le lecteur, ouvrage de vulgarisation sur le relativisme.

Chapitre 7 : dans l’histoire, Micromégas et le Saturnien se rendent sur Terre et découvrent les Hommes au microscope. Dans ce chapitre, c’est la conversation entre les Hommes et les extraterrestres.

Structure :

Les Terriens sont-ils heureux ? Non, la preuve la guerre l1 à 51 (= un désaccord)
Où y a-t-il accord ? Accord sur la physique l51 à 79 / Désaccord sur la métaphysique l80 à 182.

Axes :
Prétentions humaines.
Conception du savoir et de la sagesse de Voltaire.

I. Prétentions humaines

A. Les Terriens

Selon les apparences :

Vocabulaire positif pour les Hommes « intelligents, joies pures, aimer, véritables vie, vrai bonheur ».
Ce vocabulaire positif vient de l’opposition entre matière et esprit : « peu » et « tout », « atomes »/« intelligents » = oxymore.

Mais dans la réalité tout est négatif d’après les Terriens :

L’humanité des Terriens pour dénoncer les apparences : « tous » et vocabulaire de la guerre « massacrer, horrible querelle, s’égorgent, se font égorger » et chiffres des morts.
Métaphores animales qui décrivent l’Homme de façon négative « animaux, chétifs animaux, fourmilière d’assassins, mites ».

B. Les philosophes

Désaccord montré par l’antithèse « tous »/« différents » l85-86. Il s’agit d’une discussion métaphysique sur l’âme et la formation des idées.

Point de vue repris dans l’ordre de la liste de 5 noms donnés dans une seule phrase, avec des mots introducteurs semblables « celui-ci, cet autre » qui nous étourdissent.

Aristote fait la distinction dans tout Homme entre un être en puissance (ce qu’il peut faire) et un être en acte (ce qu’il fait = entéléchie : mot donné en grec alors que tout le monde ne peut le lire, donné de façon obscure : négation « ni moi, non plus, on ne comprend point du tout, le moins »).

Descartes : les idées sont innées, l’Homme peut grâce à la raison maîtriser la Nature ; vocabulaire de la raison. L’ironie vient des antithèses « savoir » / « pas savoir » et « savante » / « ignorante ».

Malebranche : disciple et admirateur de Descartes donc mêmes idées + volonté divine. Ironie : anaphore de « tout ».

Leibniz : croyance en une harmonie pré-établie qui tend vers le bien : métaphore du carillon authentique l133 = ironie dans la reprise sous d’autres formes de la métaphore et dans le fait que la métaphore ne soit pas expliquée.

Locke : « nos idées viennent de nos sens » avis de Voltaire identique : pas d’ironie, verbes de prudence « je ne sais pas, je doute fort, il ne m’appartient pas de, je n’affirme rien ».

Le docteur en théologie : ironie à travers la conséquence de ces paroles : le rire, verbes d’action pour montrer le rire « allait et venait, tomba ».

II. Conception du savoir et de la sagesse de Voltaire

A. Sur la physique = relativisme

Troisième et quatrième paragraphes.

Proportion, dimensions, chiffres = c’est de la physique : « petit, grand ».

Physique basée sur l’empirisme : observation et expérimentation : les questions « combien » + la réponse juste montrent qu’ils ont expérimenté.

= « point de vue de Sirius » = leçon à tirer de l’empirisme = objectivité totale. Passage par erreur est formateur, et Micromégas fait des erreurs : il atteint la vérité.
Ex : Il croit qu’il n’y a pas d’habitants sur Terre.

B. Sur la métaphysique

Le désaccord sur l’âme et la naissance des idées. Vocabulaire philosophique : « âme, idée, métaphysique, le sage, substances immatérielles ».

= Les problèmes de la nature de l’âme, de sa substance, de la formation des idées sont des questions auxquelles on ne doit pas tenter de répondre sinon il y a désaccord.

La philosophie de Voltaire : l’immatériel et l’invisible n’ont pas de réponse humaine, il faut donc accepter nos limites. Micromégas quitte la Terre : la vérité quitte les Hommes et leurs erreurs. Il laisse un livre tout blanc car la vérité absolue n’est pas à la portée des Hommes.

Conclusion

Micromégas est un conte philosophique du « gai savoir » = le rire pédagogique. Le voyage de Micromégas à pour fonction de dénoncer l’orgueil humain.

A travers ce conte, Voltaire montre un optimisme modéré :
– Pas d’angoisse, pas de désespoir devant l’Univers. L’Univers est en harmonie, la Nature est généreuse pas sa diversité et ses ressources.
– C’est une morale de l’acceptation, l’Homme doit prendre sa juste place dans l’Univers, tenir seulement son rôle, c’est alors qu’il peut exercer son libre arbitre.

Du même auteur Voltaire, L'Ingénu, Chapitre 8_2 Voltaire, Candide, Chapitre 6, L'Autodafe Voltaire, L'Ingénu, Chapitre 7 Voltaire, Candide, Chapitre 17, Arrivée au pays d'Eldorado Voltaire, Zaïre, Résumé Voltaire, Micromégas, Résumé Voltaire, L'Ingénu, Chapitre 6, L'Ingénu court chez sa maîtresse, et devient furieux Voltaire, Le Monde comme il va, Le sermon et le théâtre Voltaire, L'Ingénu, Chapitre 16, dès que la belle... amant infortuné Voltaire, L'Ingénu, Incipit

Tags

Commentaires

0 commentaires à “Voltaire, L’Ingénu, Incipit”

Commenter cet article