Charles Baudelaire

Baudelaire, Les Fleurs du Mal, Alchimie de la douleur

L’un t’éclaire avec son ardeur,
L’autre en toi met son deuil, Nature !
Ce qui dit à l’un : Sépulture !
Dit à l’autre : Vie et splendeur !

Hermès inconnu qui m’assistes
Et qui toujours m’intimidas,
Tu me rends l’égal de Midas,
Le plus triste des alchimistes ;

Par toi je change l’or en fer
Et le paradis en enfer ;
Dans le suaire des nuages

Je découvre un cadavre cher,
Et sur les célestes rivages
Je bâtis de grands sarcophages.

Charles Baudelaire, Les Fleurs du Mal

Du même auteur Baudelaire, Les Fleurs du Mal, Correspondances, Commentaire 1 Baudelaire, Les Fleurs du Mal, Recueillement Baudelaire, Les Fleurs du Mal, Quand le ciel bas et lourd Baudelaire, Petits poèmes en prose, Perte d'Auréole Baudelaire, Petits poèmes en prose, Les Fenêtres Baudelaire, Les Fleurs du Mal, III, Elévation Baudelaire, Le Spleen de Paris, le Joujou du Pauvre Baudelaire, Les Fleurs du Mal, Le Flacon Baudelaire, Les Fleurs du Mal, Hymne à la beauté Baudelaire, Les Fleurs du Mal, L'Ennemi

Tags

Commentaires

0 commentaires à “Baudelaire, Les Fleurs du Mal, L’Ennemi”

Commenter cet article